Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:14

facine toure 01Tout le monde a entendu le Général Facinet Touré baver sur ses « oncles », les Peulhs. Facinet serait-il ethno au point d’être qualifié de fasciste ou de nazillon? Il me serait difficile de le prouver avec certitude. Cependant, à bien l’écouter, cet octogénaire au ton nasillard semble plutôt impoli et niais (« faciniais »?). Comment un homme, titulaire d’un des plus hauts grades de la hiérarchie militaire, qui a occupé pendant une longue période des fonctions ministérielles régaliennes peut-il, pour plaire au chef délirant de notre déliquescent Etat, dire ce qu’il vient de dire ?

 

Le tapage injurieux de Facinet traduit un calcul simpliste : l’antifoulanisme primaire étant une des bases politicardes et le sport favori du Pr. AC, il fallait taper sur les Peulhs pour grimper dans l’estime du chef. Ce sport si particulier à la Guinée est pratiqué même par ceux qui n’en espèrent aucune médaille. C’est ainsi que dans l’affaire « Strauss-Kahn/Nafissatou Diallo », j’ai appris par radio qu’un auditeur de Conakry soutenait DSK à 100%, comme s’il s’agissait d’une compétition footballistique. Ce « fou fan de DSK » aurait-il adhéré à son club si l’ex-directeur du FMI avait joué contre une « Nafissatou Condé » ?

 

En revanche, la vraie Doussou Condé de New York va probablement récolter une médaille RPG pour « services rendus à la nation arc-en-ciel d’AC». J’en veux pour preuve le silence foncièrement immoral de nos ministresses Roughi « wrangler » (selon Dadis) etNantou « pagne blanc » (en référence à sa participation à une manifestation parisienne contre le « viol massif du 28 septembre » perpétré avant l’accès de Sékouba au pouvoir). Le problème n’est pas tant de savoir si Nafissatou est victime ou pas de viol mais d’assister une compatriote « prisonnière d’un engrenage incontrôlable» à l’étranger.

 

La poupée Roughi Barry n’est-elle pas ministresse des Guinéens de l’étranger ? Par son silence, elle prouve qu’elle n’est qu’une figurine d’un ministère étrange ! La Guinée, foyer de toutes les bestialités, n’est pas, heureusement, le centre du monde. De partout, s’élèvent des voix pour soutenir Nafissatou, pas en tant que peulhe, mais tout simplement en tant que femme. Fort heureusement, deux compatriotes sauvent l’honneur: Adama-Rabi Youla, médecin et Sanaba Coné Camara, mère de famille !

 

Mais revenons au cas Facinet. Celui-ci ne doit certainement pas avoir de fascination pour ses « oncles ». Eux, également, n’éprouvent plus la moindre sympathie pour leur « neveu » irresponsable. On ne choisit pas sa famille (la famille ? mon œil !), François L. Fall (né Ouolof et converti Malinké) étant une des exceptions confirmant la règle. Plus une famille est large, plus on décèle ses ratés. C’est comme dans une production industrielle; on a toujours quelques produits défectueux. C’est pareil en matière de reproduction ; certaines « copies » sont à jeter à la poubelle. Quand on voit comment des rejetons ont agi (Hitler, Staline, Pol Pot, Sékou Touré, Idi Amin, etc.) ou agissent aujourd’hui (Kadhafi, Mugabe, etc.), on regrette que le « coitus interruptus », bien que frustrant et peu efficace, n’ait pas souvent été pratiqué.

 

Sous Conté dont il était une taupe  chargée d’infiltrer les « opposants », Facinet a eu tous les honneurs (en perdant au passage tout honneur) mais comme n’importe quel responsable guinéen à l’estomac sans fond, il n’est jamais rassasié. Il s’est fait passer de temps à autre pour l’ami d’AC, pour l’adversaire de Conté, pour la solution unique de remplacement de ce dernier, etc. Des tentatives de réconciliation familiale Facinet/Conté ont même été menées. Du bidon, uniquement du bidon ! Facinet a toujours servi Conté, au grand jour et en coulisse !

 

Maintenant, Facinet veut se servir de Condé. Penserait-il gagner à tous les coups ? Sous Conté, il prenait des initiatives personnelles, à l’insu de son chef. Aujourd’hui, cet ingrat croit pouvoir manipuler AC qui l’a choisi, au mépris de la loi républicaine, comme médiateur de la République. AC  est certainement méchant mais il n’est pas très bête. Facinet sait-il ce que c’est qu’un médiateur ? Croit-il que le rôle d’arbitre soit compatible avec la fonction de chef d’une coordination régionale ?

 

La fadaise de Facinet n’est pas une opinion mais un délit. Heureusement pour lui mais malheureusement pour tout un pays nous ne sommes pas dans un Etat de droit. Peut-être, si c’était le cas, Facinet n’aurait pas tenu des propos aussi insultants et répugnants. Les Peulhs, coupables d’avoir réussi dans le commerce, seraient-ils condamnés à ne jamais se mêler de politique ?

 

Comme l’a fait remarquer mon frère Boubacar Diallo des USA, les capacités d’une ethnie guinéenne la disqualifieraient-elles nécessairement de la direction politique de son pays ? Ce qui aurait pour corollaire de soutenir, à l’instar de Facinet, qu’un Président de la République ne doit être choisi que parmi ceux qui ont réussi à faire la preuve de leur incapacité à bien gérer leurs affaires. Un non-sens  qui constitue une insulte à l’ensemble des Guinéens.

 

Que c’est instructif de voir comment la Guinée a été « digérée » depuis la proclamation des son indépendance, le 2 octobre 1958! Voici la liste exhaustive et indigeste de ses chefs d’Etat :

 

-        M. Ahmed Sékou Touré, pendant plus d’un quart de siècle ;

-        M. Lansana Béavogui, pendant quelques jours ;

-        Le Général Lansana Conté, pendant plus de deux décennies ;

-       Le Colonel Diarra Traoré, pendant quelques heures ;

-       Le Capitaine Moussa Dadis Camara, pendant quelques mois ;

-       Le Général Sékouba Konaté, pendant quelques mois ;

-       Le Pr. Alpha Condé, au pouvoir depuis quelques mois.

 

Les amateurs de statistiques verront à quel point la Moyenne Guinée est bien représentée! Mes statistiques consistent à préciser que sur ces sept chefs, on dénombre deux universitaires (Dadis et Condé) et un «soldat paysan » (Conté). Quoi qu’on en pense, n’oublions jamais que c’est sous le seul règne de Conté que le Fouta Djallon a eu deux PM et un Ministre de la Défense !).

 

Que c’est instructif de voir comment le pouvoir était aux mains d’un clan à la mort de M. Ahmed Sékou Touré. Que c’est instructif de voir comment la hiérarchie de l’armée de Condé est aujourd’hui constituée. En cas de coup d’Etat, le pouvoir resterait dans les mêmes mains ! Drôle d’alternance !

 

Que ce serait instructif de voir comment les postes diplomatiques ont toujours été pourvus ! Un constat douloureux: les membres d’une certaine communauté qui a, clame-t-on, réussi dans les affaires n’ont pas ou plus le droit d’être ambassadeurs dans certains endroits : Dakar, Abidjan, Freetown, Monrovia, Rabat, Le Caire mais aussi Djeddah, Tokyo, Paris, Berlin, Bruxelles, Londres, Ottawa, Washington, etc. Il s’agit d’un calcul délibéré ! Est-ce la meilleure façon de bâtir une nation ? Même ceux que le statu quo arrange savent pertinemment que c’est injuste !

 

La Guinée vit sous un régime d’apartheid qui ne dit pas son nom. Ne parlons pas des cabinets ministériels, des directions « financières » et autres postes dits lucratifs mais, par exemple, du recrutement au sein des forces armées : c’est maintenant hermétiquement fermé aux Peulhs ! Au temps de Sékou Touré, les Peulhs étaient incorporables dans son armée populaire et révolutionnaire, mais pas en masse (d’ailleurs, ils n’aimaient pas l’uniforme, ce qui fut une erreur historique qu’ils continuent à payer cher par leur sang et leur argent !). Pour être clair, Sékou Touré freinait moins l’enrôlement des Peulhs dans l’armée que leur promotion en grade (celui de capitaine était pour eux le plus haut auquel ils pouvaient prétendre !).

 

Dans cette situation, comment ne pas comprendre la frustration des Peulhs stigmatisés, rackettés, volés, pourchassés, blessés, violés, méprisés et humiliés ! Paradoxalement, c’est dans le pays où ils sont proportionnellement les plus nombreux et les plus sédentarisés qu’ils sont le moins en sécurité. La victimisation, toujours la victimisation, diront certains qui veulent que celui qui a un pied sur des braises ne crie pas!

 

Le mauvais exemple vient du sommet de l’Etat. AC est décidé à étouffer économiquement les Peulhs. Bien entendu, il ne réussira pas dans cette entreprise maléfique mais les Peulhs vont encore souffrir ! AC veut les laminer politiquement. Il est fou de rage quand il voit le prestige dont jouit Mamadou Cellou Dalein Diallo auprès des chefs d’Etat étrangers. Sa jalousie et son incompétence le perdront ! AC a été invité en France par M. Sarkozy lors de la réunion du G20 mais c’était pour l’exhiber comme preuve de la « démocratisation dans l’espace francophone ». Pour encourager les démocrates africains, on aurait dû y inviter des pays comme le Cap Vert, le Ghana, le Mali, le Botswana ou l’île Maurice. Quelle connerie de convier Condé !

 

En effet, les Guinéens constatent qu’AC, moins démocrate que Conté, n’a aucune valeur universelle à défendre. Il s’est entouré de voleurs. Au fait, pourrait-il nous dire ce qui reste des « historiques 700 millions de dollars US » reçus de Rio Tinto ?

 

Pour en finir avec le maudit « neveu », que tout le monde se rassure. Facinet ne parle que pour lui-même et est la preuve vivante que certains mariages mixtes peuvent donner des enfants idiots. Il n’a pas la cote  même en Basse Côte qui a d’autres personnalités de qualité à offrir à la Guinée comme M. Fodé Mohamed Soumah, Président de la GéCi(Génération Citoyenne) et ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 juin 2010. Il est issu de l’union heureuse d’un Baga et d’une Moryannaise, ce qui prouve que le métissage ne produit pas que du « Facinet ».

 

M. Fodé Mohamed Soumah, tout en revendiquant le leadership de la Guinée Maritime, région qu’il considère non pas comme un fief Soussou mais comme une Guinée en miniature, a une vision politique nationale et internationale. Cet intellectuel, aussi propre que brillant, s’est spécialisé en finances (plus de 20 ans passés au NYSE Euronex qui regroupe les places financières de New York, Londres, Paris, etc.) et ne demande qu’à mettre son expérience et ses compétences au service de son pays.

 

Je vous salue (sauf le salissant « neveu » !).

 

Ibrahima Kylé Diallo

 


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:54

coeur_01.jpgBhi fouss foussaï leïdi, fouyantè bè dougou tchi (1). Pourquoi y a-t-il l’Etant et non pas plutôt Rien ? (Heidegger, philosophe allemand)

 

Wal fajri et par mes fétiches !

Le trictrac du fichier est joué

Vos cris de chouette je n’en ai cure

Je jure par la Sagesse et par la Sagem !

 

Les diabèrès sont cuits et dissous

Dans la marmite qui bout

Comme une assemblée fantoche

C’est dans la poche une majorité dissolue

 

Le recensement sans apprêt

Débutera au plus tard fin Mai

Les élections auront lieu après.

Par la triche et par la trique

 

Par le miel et par le mâlé

Le fiel de vos sites

Lesté par la rumeur de vos cités

S’adoucira au pied de ma pugnacité

 

Ouvrez votre boutique ou fermez-la !

Qu’importe le ressassement pleurnichard

Des enfarinées du linceul légal

Le recensement scélérat se fera

 

Et ce sera la mise sous scellés par ces enfoirés

De l’arme fatale du dernier crime électoral

C’est décidé, ça m’est égal et je m’en fiche

Le fichier électoral sera revu

 

Rébus jeté à la foire du rebut de l’humanité.

En trinquant la ciguë avec le gone

De la geôle contiguë

J’ai relu mes humanités

 

Dans un palace cinq étoiles sis à Coronthie

C’était juste après Piné

Mes épinards arrosés de pinard :

Segetti le poisson pourrit par la tête 

 

Sorti d’ici je leur ferai la fête !

J’ai dit

Que cela soit écrit, que ça pète

Chanté par Balla Fasséké, ce sera la fête

 

Woa sèguè fassaï !

Dansez Dansokos et donsos

Séguèti ! Le poisson pourrit par la tête !

Kolon kalan !

 

A vous les Nko et les Niankoye

Et les Tanam ?

Sans commentaires mes frères

Mais Comment taire

 

Ce qui fait tourner la terre ?

Signé au nom du Père

Qu’importe, "les non dupes errent"..

Suis tout-contre les mendiants errants

 

Les gnagagnagas de Ouaga

Je m’en tape

Comme de « cette retape  indigène »

Née pour faire guili guili

 

Amuser la galerie

Et animer le macadam de la mondialisation

Pub et Putes de haut vol

C’est Bonnet blanc et Blanc bonnet

 

Les accords de quoi, quoi ?

Entre mères-maca et maquereaux ?

Dealers, junkies, condés-keufs, courtiers

Chevaliers du mitan

 

Corsaires devenus pirates et coxers de peuples 

Les peuples ?

Une bulle non cotée en Bourse

On en trouve des éclats

 

Sur la Côte des Mascareignes

Celle des esclaves

Non loin des Rivières du Sud

Guili guili Guinè Guinè

 

Ko na kîri

Konakrimes,  Konacris, c’est kif kif

Donc la Constitution ?

Souci de mes deux

 

D’ailleurs laquelle  des deux ?

Celle du grabataire qui m’a précédé

Ou celle qui a été descendue,

Flinguée  par cette gourgandine

 

Elle s’appelle comment déjà ?

Qu’en pensent les acteurs politiques ?

Qui ça ?

Ces pieds nickelés de la dernière nique ?

 

Eternels pique-assiette des pique-niques électoraux

Erémistes, RSA, rogatons, cendres

Emportés par le vent

Gone with the wind

 

Depuis Gorée, Ouidah et Boffa

Vendus par la Niara Béli

Siamoise des Signara de Saint-Louis

Parenté fortuite

 

Comme entre Yansané et Dionsanna

Pardon Phiraouna

Je suis en quête du Phénix,

Le Bois d’ébène de Bolibana

 

Jeté dans la mangrove de l’Ogooé

Ressuscité par le Saint de Touba

Avant d’être débité en contreplaqués,

Brûlés, lynchés, devenus cendres

 

Comme le  Forum des forces vives ?

Je suis Prof mais pas crétin

Je préfère Pétain à De Gaulle

Je vais signer l’armistice

 

Et saigner l’âme des damnés

Du coq à l’âne

Sans états d’âme

Je pense beaucoup à ces chômards

 

Ces smicards de la stratégie politique

Quelques  allocs à ces CNtétards

Des jetons aux CESessards

En voilà en veux-tu aux CNcessards

 

Comme aux beaux temps de la tripatouille

Janvier février une révolution dans la souille

Et c’est dans la poche tas de clochards !

Mandialladji, djikrillah

 

Qu’Allah so .! 

Annabi so…

C’est en langue nko

Des mendiants

 

Le peuple de Guinée ?

C’est qui ça ?

Ah oui, lui seul compte

C’est pour cela que je vais le compter,

 

Après Conté c’est le moindre fricfrac

Venant d’un Condé confondu avec un malfrat

C’était à Piné

Où un pandore a ouvert la Boite de Pandore

 

Où tient tout un peuple

Que je tiens à compter

Un à un jusqu’à mon dernier souffle

Quand j’aurai cent ans et quelques.

 

Donc les élections auront lieu,

En deux mil et, et... et quelques…

Tchôboti quelque chose n’a ka pan

Pour que tout va wonsonkron

 

Bhi fouss foussaï leïdi !

Vous n’avez rien compris ?

Moi non plus

Mi wadhan  ma dho lonkun

 

Niari hounkoun ari metti

Dawakounkou ari metii

Niari kili kili

Sali koutioun diabhi tétékoun

 

L’ombre pour la proie

Noyés dans un sac de nœuds

Ainsi salivent ces têtes de noix

L’homme un tas de petits secrets..

 

Nko angbansan

Non et non !

Won tanara !

Niamas et Niamous Gwa tonno ni,

 

Tanam godhoum èn fof ko èn gôtoum !

Forts de l’Unique,

Debout comme un seul !

Stop à la « résistible ascension »

 

D’une petite frappe en goguette

Un as en grimpette

Avant qu’il n’use et abuse de nos rites

Mister Hyde docteur Mabuse

 

Hurlant Heil, j’ai kill them right!

Pour abattre le mur inique de la pensé unique

Dressé par la dictature rampante

Entre l’étoile filante et les feux de la rampe..

 

Wa Salam,

 

Saïdou Nour Bokoum

 

Lexiquête :

 

1) Le rejeton du néant ne peut que néantiser une cité (feu El Hajj Baïla Ly grand sage de Dinguiraye) et adage bambara

2) angbansan = angbansan

3) won tanara (soussou)= gwa tonno ni (en "niankoye")= èn fof ko èn gotoum (pular), etc. = nous sommes tous un = contraire de angbansan..

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 08:21

criard 01La démocratie promise à la Guinée, et à laquelle tous les citoyens aspiraient semble avoir fait long feu. La France, par le truchement de Bernard Kouchner, ce commerçant ambulant (voir ses actes au Gabon), accessoirement ancien ministre français des Affaires Etrangères, a truqué l’élection présidentielle  pour faire « élire » son protégé Alpha Condé. On ne pouvait plus dans ces conditions parler de « transition démocratique ». Tous les acteurs politiques semblent renouer avec les travers du passé au grand désarroi de la population.

 

Ainsi, le « président démocratiquement élu », se comporte exactement comme ses prédécesseurs, notamment le sanguinaire Sékou Touré. Aujourd’hui, les opposants sont privés du droit de manifester, ils ne jouissent plus de leur liberté  de mouvements (qui est pourtant un droit constitutionnel). Et, plus grave encore, il utilise toute son énergie pour diviser les Guinéens. Cela commence d’abord par les nominations aux emplois civils et militaires.

 

Tout le monde sait que c’est moins les compétences que l’appartenance clanique et ethnique qui les motive. C’est la même attitude qui se retrouve dans les calomnies dont il abreuve les commerçants et  leur ethnie supposée.

 

Le jeu de massacres interethniques survenus ces derniers jours en région forestière n’est qu’un avant-goût de ce qui guette notre pays, du fait des agissements de cet homme.

 

Aucun homme qui a un minimum de réflexion ne peut accepter qu’un pays aille à la dérive comme en Guinée. Tous les Guinéens constatent qu’avec les méthodes de gouvernement d’Alpha Condé, nous allons droit dans le mur et personne n’agit pour le freiner.

 

En effet, l’opposition de son côté ne semble pas connaître ses droits et son rôle dans une démocratie. Elle continue, après chaque violation de la loi par la personne qui est chargée de la protéger, de publier des communiqués ou d’organiser des conférences de presse pour se plaindre de ces abus. Pire, elle va se présenter devant des tribunaux guinéens dont on connait le professionnalisme et l’indépendance.

 

La juridiction suprême de ce pays l’a prouvé en validant les résultats des « élections présidentielles » malgré les pogroms de Siguiri, Kankan, Kouroussa. Cette opposition en faisant crédit à ces imposteurs de la Justice contribue à faire  condamner à tort des citoyens dont le seul crime est de ne pas avoir courbé l’échine devant le pouvoir d’Alpha Condé, refusant ainsi d’être des « sous-hommes ».

 

Si l’objectif de cette opposition c’est de dénoncer pour dénoncer sans une volonté de changement, alors elle pourra continuer dans sa logique actuelle. Si par contre elle veut agir pour faire bouger les choses (et c’est ce que je souhaite), il est temps de changer de stratégie pour aller au fond du problème.

 

Que faire ?

 

Monsieur Alpha Condé  le « président » doit respecter la loi, notamment  la constitution qui  en est le socle. A partir du moment, où il en bafoue l’esprit, alors son contrat avec le pays devient caduc.  L’opposition doit, dans ces conditions,  s’organiser pour exiger son départ par tous les moyens ; et, si d’aventure, il utilise l’armée, les militaires dressés pour perpétrer des tueries seront jugés en tant qu’individus et non en tant que membres de l’institution militaire.

 

Le Cnt doit faire son travail, dénoncer les dérives du régime et non subir les dictats d’un individu. Nous devons comprendre que personne ne viendra faire notre bonheur en Guinée à notre place. Alpha Condé a une attitude suicidaire, un comportement dont l’origine suscite des interrogations. Est-ce le fait de l’âge ? Est ce le fait de ne pas être de ce pays ?

 

Il est temps que son attitude cesse et que l’opposition prenne toutes ses responsabilités en intensifiant la lutte sinon, le régionalisme dont parlent beaucoup de Guinéens finira par être une réalité de fait ; et dans ce cas, la Guinée aura vécu !

 

Alpha-Malal Barry

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 15:07

Repression 01AC ne se lasse pas de se laisser interroger par les journaux. Ce bavard préfère tout de même la presse écrite qui a l’avantage de toiletter les paroles en éliminant bien des déchets. Vous imaginez-vous un AC parlant en direct à la radio ? Une calamité !

 

Dans une grosse interview a J.A., qualifiée d’exclusive (ce terme plait à AC qui le confond avec l’exclusion), le « PDE » déclare que les mauvaises habitudes sont telles en Guinée qu’il doit tout surveiller. Le Pr. n’enseignant plus (Où, quand, quoi et qui a-t-il enseigné, au fait ?), il bat le record du folklore en s’improvisant surveillant général. C’est un nouvel aspect de son changement. Gare aux bavards de la classe! Un nouveau dictateur, doté d’une conscience archaïque, est né chez nous. Allons-nous le laisser grandir ? AC (aussi « rouge » que ses camarades cons de Corée) a quelquefois le mérite de la spontanéité. Il affirme carrément qu’il doit tout surveiller ! Quand la constitution est bafouée, comment voulez-vous que les libertés individuelles soient préservées ?

 

Le mensonge n’est pas une seconde nature pour AC, c’est sa nature profonde. Jugez-en à travers ces extraits:

 

« Ce n’est pas à mon âge que je vais commencer une carrière de tribaliste ». AC a paraphrasé le Général de Gaulle qui, au cours d’une conférence de presse, avait dit que ce n’est pas à 67 ans qu’il allait commencer une carrière de dictateur.

 

« J’ai gagné la Présidentielle…Aucun homme d’affaires ne m’a aidé ». Je n’irai pas jusqu’en Angola pour chercher un indice mais espérons l’aide d’un ancien PM, aussi politicard qu’affairiste, pour répondre à un ingrat.

 

« Je me suis battu pendant 50 ans pour la démocratie… ». Pour la démocratie ou pour grimper au sommet de l’Etat ?

 

« La Guinée est devenue un Etat de droit ». Etat de droit ! Objectif atteint ou à atteindre ? Pour l’instant la Guinée sous Condé ressemble à une « Galerie de la Faillite » !

 

« Elle [l’armée] est à nouveau considérée, respectée, aimée ». Parole de Ministre de la Défense craignant ses propres troupes au point d’en faire entraîner d’autres à l’étranger?

 

« Sékouba est sorti grandi de l’Histoire ». Plutôt grossi, me semble-t-il !

 

AC va-t-il échouer ? Il a déjà échoué du fait de son incompétence à résoudre les problèmes de notre pays (pas de son pays !). La preuve ? Il est incapable d’affronter publiquement ceux qui sont censés être ses partisans. Il voyage beaucoup, mais à l’extérieur (mauvais souvenir de son séjour en prison ?). Par lâcheté, il vient de dépêcher sa doublure mal assortie (la PD et le PM) à l’intérieur où l’ordre protocolaire m’a paru bizarre : dans tous les discours, on cite d’abord la Première Dame, ensuite le Premier Ministre, réduit au rang de son domestique ; je sais à présent qui a accompagné qui ! D’ailleurs cette « mamaya » des officiels n’a eu qu’un goût rance dans un prétendu fief RPGiste « kankano-siguiriste ». En effet, les populations ont plutôt rappelé aux 2 envoyés du « PDE » les promesses du candidat AC! « On peut mentir à une partie des électeurs un temps mais… » ; l’« Arc-en- gbansan » devrait connaître la suite …

 

Pour terminer, je vous notifie avoir reçu  la perle sonore et troublante de Facinet Touré (en manque d’espèces sonnantes et trébuchantes ?). L’ancien bras maladroit (c’est-à-dire le gauche, pour toilette intime) de Conté vient, pour se faire remarquer par AC, de se déchaîner contre les Peulhs, ses soi-disant « oncles » indésirables : Les Peulhs ont tout en Guinée. Qu’on laisse les autres partager le reste !

 

Petite contradiction : Quand les uns ont déjà tout, que vont se partager les autres ? Les choses se clarifient, ce qui démontre que le « Tout Sauf Cellou » de certains est en réalité du « Tout Sauf un Peulh ». Bah Ousmane comprend-il ce message ?

 

Facinet cherche à la fin de sa vie, dit-il, à être utile à ses semblables (sans préciser lesquels). Quoi qu’il en soit, le Général Facinet n’a pas réussi à fasciner AC qui le trouve inutile ! Et dire qu’il a été promu médiateur de la république ! Il n’est même pas médiocre ; il est maudit.

 

Je vous salue.

 

Ibrahima Kylé Diallo

 


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 03:26

alpha conde 02 « L’âne  se couvre de la peau du lion, » selon Esope. J’ai lu avec une colère amusante le publireportage effectué, par le sympathique François Soudan  dans le dernier numéro de Jeune Afrique, pour le compte de Alpha Condé le « président démocratiquement élu de Guinée ».

 

C’est tout simplement lamentable ! Un tissu de mensonges fait de raccourcis, de ragots avec une légèreté qui le dispute à la simplicité d’esprit. Condé Alpha est toujours resté dans ses quartiers parisiens des 18ème et 20ème avec tout ce que cela comporte de cancans de nègres désœuvrés et endimanchés.

 

Alpha ment lorsqu’il affirme : « Ce n’est pas à mon âge que je vais commencer une carrière de tribaliste. » Faux ! Qui a dit que « Tout malinké qui ne votera pas pour le Rpg est un batard » ? C’est plus que du tribalisme mais une incitation à la haine sur fond de tribalisme et de clanisme digne de la jungle.

 

Il est encadré et  « conseillé » par des gens qui ne sont pas des parangons de vertus et pas du tout étranger au pillage du pays : Madikaba Camara, Ousmane Kaba et, encore lui, Kabinet Komara.

 

Ces trois individus ont été au cœur du système économique et financier du pays au même moment et pendant des années : Madika Ba, comme Directeur national du Budget au Ministère des Finances ; Ousmane Kaba, comme Directeur du Change à la Banque Centrale ; Kabinet Komara, comme directeur des investissements publics au Ministère du plan.

 

Ils ne sont ni stigmatisés ni persécutés alors qu’ils sont tous investisseurs dont personne ne sait l’origine de leur fortune. Par contre tous les Guinéens connaissent leur cursus.

 

Komara  a été actionnaire de Eximbank avant d’y être nommé comme directeur du département administratif qui n’en fait pas un banquier à proprement parlé et il ne faisait pas de la banque mais du travail d’auxiliaire, chargé d’intendance et de services généraux (voyage, courrier, etc.) C’est de ce poste qu’il a été jeté dans les bras de Dadis par un lobby dont Alpha était le manipulateur tout comme il l’était à la nomination de Kouyaté qu’il a avoué être en fait le vrai acteur.

 

Les Guinéens découvrirons un Komara, humilié par Dadis, avec une image d’homme sans aucune dignité ni personnalité.

 

Madikaba et Ousmane Kaba peuvent ils justifier leurs investissements, en Guinée, au Mali ? Qui sait les conditions de privatisation d’Entag pilotée par Ousmane Kaba qui en était le Pca ?

 

A ceux-ci qui ont la faveur du tribaliste en chef, je recommanderai un examen de la liste des nominés de Alpha à tous le postes : du gouvernement aux Directions nationales et aux collectivités, c’est la maninkasation à outrance. Que JA se livre au jeu, François le meilleur sera édifiée on n’osera pas lui donner de leçon de démocratie mais lui rappeler Sarkozy qui disait « la démocratie irréprochable, ce n’est pas une démocratie ou les nominations se décident en fonction des connivences et des amitiés, mais en fonction des compétences. » C’est tout le contraire chez Alpha le démocrate, ou celui qui s’est « battu pendant cinquante ans pour la démocratie. »

 

L’argument d’Alpha Condé sur la délocalisation de son épouse est vulgaire et léger ! Lansana Conté vivait séparé de toutes ses épouses et multiples maitresses. La plus influente était hors du pays, cela n’a pas empêché qu’elles soient toutes au cœur du dispositif de prédation et de prébendés. Alors que Alpha trouve d’autres raisons à l’éloignement de « son épouse ». Qu’il ne se moque pas des Guinéens via les colonnes de JA, qui est un hebdomadaire que je respecte.

 

Son fils ? Qui l’a vu en Guinée pendant les deux ans de bagne de son père ? Il est aujourd’hui recruté comme traducteur ? C’est trop simple, que JA ne se prête pas à cet enfantillage.

 

L’armée ? Il affirme que le peuple n’en a plus peur. Oui, ce qui est vrai mais cela c’est depuis sous conté ? Mais lui Alpha en a une trouille bleue. Ce qui explique qu’il organise, sous la houlette de : Boundouka, Bourema, Biro tous Condé, assistés de Sidiki Keita dit «  Idy Amine », une véritable chasse aux autres ethnies au sein de l’armée. Ce qu’il sait et que ces miliciens reconvertis en militaires savent, c’est que sous Sékou Touré tout le commandement de l’armée, de la police et de la gendarmerie ainsi que les corps para- militaires, était Malinké. Malgré tout, à sa mort, c’est un soldat balanto-baga ou soussou qui sera porté par l’armée à la tête du pays. Et les dirigeants postés par Sékou Touré seront tous passés par les armes sous la haute direction de celui qui est aujourd’hui le médiateur de la république désigné par Alpha condé. Quelle stupidité !

 

S’agissant de la plaisanterie de mauvais gout sur fond de cynisme, dans l’explication des raisons de la décente des forces de l’ordre chez Cellou Dalein, je trouve que si Cellou passe cela sous silence, c’est pour demain se faire abattre sur instruction de Alpha et après il dira à sa veuve et à l’opinion qu’il a été exécuté par un de ses gardes corps. C’est le style Alpha, sans foi ni loi. Il est l’inventeur de l’empoisonnement  de ses militants parce que sa logique c’était de bruler la Guinée dès lors qu’il n’était plus certain de gagner l’élection. Que Cellou donc se le tienne pour dit, se taire et ne pas rétablir la vérité l’expose car «  qui ne dit rien consent ».

 

Alpha Condé a encore menti sur Rio-Tinto. Nous finirons par découvrir la vérité sur cette fameuse négociation. Mais qu’en dit-il de BSGR/Valé? C’est encore pire. Mais, mais, c’est souteneurs de l’arc-en-ciel lui ont certainement servi un parti du pot au miel tiré de ce deal dramatique pour la Guinée et juteux pour BSGR et ses souteneurs tels Kassory Fofana.

 

Nous y reviendrons en détails quand le pays sera dans de bonnes mains et c’est pour bientôt ! Car en fait, Alpha c’est un accident, un président par default que les guinéens ne tarderont pas à chasser

 

Ayya Goundo

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 15:59

 

Salades-copie-1.JPGAfakoudou ! Avec Goby Condé, le chauffard de la guimbarde à quatre roues de Sékoutoureya, on attrape forcement la rigolade. Qu’est-ce que vous voulez ? Après Sékou Touré, Lansana Conté, Moussa Dadis Camara et Sékouba Konaté aux commandes du bled, on a encore affaire à un fieffé diseur de contes doublé d’un dangereux farfelu qui est constamment à côtés de ses pompes. C’est à se demander si Gobykhamé réfléchit un tantinet avant de raconter des salades. C’est à se demander s’il ne se fout pas toujours de l’esprit critique de ceux et celles qui l’écoutent et le lisent.

 

Dans le dessein de discréditer les dires qui circulent avec insistance depuis un certain temps sur sa mauvaise santé ayant entraîné à son évacuation brusque en Afrique du Sud la semaine passée, il les crédibilise par cet aveu sans équivoque : « Je suis parti de Conakry et comme c’était la nuit, je n’ai pas voulu déranger. » Mignon mensonge. Déranger qui ? En fait, tu partages ta chambre avec qui pour ne pas le déranger ?

 

Gobykhamé rajoute cette autre louche dans sa mangeaille : « Je n’ai pas donné l’ordre de le diffuser à la radio. Ceux qui ont honte du changement, qui pensent que le changement ne va pas durer ont crié que j’ai été évacué en Afrique du Sud. Ils ont été chez les marabouts qui leur ont dit si vous faites ça, Alpha ne va pas se réveiller. Demain, après-demain il va mourir. Mais, tout dépend de Dieu. » C’est vrai que tout dépend de Dieu et sur ce Goby Condé marque ainsi un tout premier point sur ces marabouts qui auraient ainsi pronostiqué sur sa mort le dimanche dernier. En effet, il est bel et bien revenu à Cona-cris chaloupant sur ses deux jambes et en poussant des cris d’orfraie : « Je me porte donc très bien. J’ai encore vingt ans.» Là, Goby ! Tu affabules. N’taara, ibarra-lokhou-lokhou ! comme te le dit d’ailleurs l’artiste guinéen Koundou Waka. Bof !

 

Dans les colonnes de Jeune Afrique, de sa propre bouche, Goby Condé s’escrime à expliquer sur le pourquoi il fait chambre à part avec sa nouvelle femme légitime depuis leur mariage circonstanciel. Ah, la malheureuse ! Quel calvaire pour cette pauvre dame ! Son mari tictaque dans son argutie et prétexte ne pas partager le lit avec elle pour éviter qu’elle ne lui impose des dossiers à traficoter. C’est du flan ! du bluff, du vent. La raison est tout autre. Et vous le savez. Il ne veut pas l’assumer sur la place publique. Il joue à la cachoterie et pourfend ses compatriotes : « Le mensonge est chez certains Guinéens une seconde nature. » Ah, bon ? On ne le savait pas. Par contre ce que l’on sait c’est que le mensonge et la manipulation politique est une nature intrinsèque chez Goby Condé. Il se défend maintenant d’être un ethnocentrique et prétend que ce n’est pas à 73 ans qu’il va démarrer « une carrière de tribaliste ».  A woullé ! C’est ce genre de mensonge chez Goby qui exaspère votre freluquet.

 

Pendant le tripatouillage de la présidentielle guinéenne, il a traité de bâtard tout malinké qui ne voterait pas pour lui. Il y a eu à n’en pas douter des malinkés qui ont voté pour Cellou Dalein Diallo de l’Ufdg et au premier tour et au second tour. Ah, non ! Leur choix politique ne fait pas d’eux pour autant des bâtards. D’ailleurs à l’heure actuelle, il n’y a qu’un seul « ngnangamadi » en Guinée. C’est celui qui a ratiboisé la présidentielle guinéenne entre les deux tours. C’est à cause de son esprit de clocher, de son propos tribaliste que des malinkés ont massacrés des peuls et pillés leurs biens à Siguiri, à Kouroussa, à Kankan. C’est à cause de lui que les peuls sont aujourd’hui tricards en Haute Guinée. Rappelant ainsi un douloureux passé.

 

On a toujours à l’esprit ce discours raciste  de Sékou Touré sur les peuls. Absolument : « L’homme à la bonne mémoire ne se souvient de rien, parce qu’il n’oublie rien. » enseigne Augusto Roa Bastos.

 

Malheureusement, Abou Maco ou Ivan Le Pacifique qui désignent les deux cryptonymes de Abdoulaye Sankara, directeur adjoint du Bureau de presse de la Présidence de la République de Guinée, ne semble pas pouvoir comprendre ça. En maquignonnant Gobykhamé dans sa paperasse du 18 mai dernier, il cherche surtout à défendre son « athiéké ».

 

Sur les crimes commis en Guinée par les différents régimes qui se sont relayé aux commandes du pays, Abou Maco a le couillu d’écrire ça : « Tous les Guinéens, à un niveau ou à un autre, sont comptables de l’actif et du passif de ces 50 dernières années. » Ah, non ! Ce n’est pas vrai. C’est archifaux. Ecoute, Abou Maco ! Dire ce que tu dis là est un foutage de gueule, une autre façon malhonnête de banaliser les crimes commis et de mettre au même-pieds d’égalité les bourreaux et d’autres citoyens guinéens qui n’ont absolument rien à se reprocher. Est-ce que tous les Bourkinabés, « à un niveau ou à un autre, sont comptables » de l’assassinat de Thomas Sankara ou de Norbert Zongo ? Et puis tu griffes comme ça que Goby Condé avait été « arrêté à Piné en 1998 sous le prétexte fallacieux de tentative de coup d’Etat…» Attends ! Est-ce que tu sais de quoi tu parles ? De l’arrestation spectaculaire de Goby Condé à Piné dans la nuit du 15 au 16 décembre 1998 ? Dans cette affaire, l’on sait que c’est Dougoudougou Compaoré du Fasso qui a épaulé Goby

 

Condé à armer des mercenaires guinéens et libériens dans le massacre de pauvres populations en Guinée Forestière. Ecoute, Ivan Le Pacifique ! Ce n’est pas mauvais d’avoir milité dans ta paperasse pour la réconciliation nationale guinéenne. Seulement il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes dans cette affaire. Parce que « personne, comme dit l’autre, ne peut juger d’une lésion intérieure, d’après la taille de la blessure superficielle, du trou. » I m’baara mé ! Compris ! Et puis la réconciliation nationale ne signifie pas s’accorder à créer l’unanimité autour du pouvoir dictatorial en place et passer la serpillère sur le passé comme le commandite sournoisement l’actuel maharadjah de Sékoutoureya. Car « le passé n’est ni mort ni enterré. En fait, il n’est même pas passé. » Parole de William Faulkner.

 

En vérité, rien n’a changé dans les méthodes tyranniques qui consistent à traquer les opposants au bled. A ce jour, Gonby Condé ne peut pas voir en peinture Cellou Dalein Diallo, le leader de l’opposition guinéenne. Il l’accuse en sourdine de lèse-majesté et lui mitonne une entourloupe. Il estime que « Si on veut être opposant en Afrique, il faut accepter la prison. A défaut, ce n’est pas la peine d’être opposant. Parce que la prison est une bonne école pour un homme politique. Parce que quand on est en prison, on n'est rien. » Qu’en dirait Alassane Ouattara qui accède pourtant au trône en Côte d’Ivoire après avoir marché sur des milliers de cadavres sans être jamais passé par la case prison ? De toutes les façons, Cellou est averti. Qu’il prépare d’ores et déjà son balluchon et se tienne prêt pour une petite virée à la prison de Coronthie dans la capitale guinéenne.

 

Benn Pepito

 

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 02:39

DORE Ansoumane 3 01Pourquoi faut-il que les dirigeants guinéens, plus précisément, ceux qui ont exercé la fonction de président de la République, jusqu'à ce jour, aient eu pour thèmes favoris des discours de meetings populaires, la dénonciation véhémente sinon haineuse d'un ennemi intérieur ou extérieur? Quelles sont les motivations profondes de ce réflexe complotiste permanent? On a l'impression qu'à chaque fois, faute de présenter une vision claire des réalités du pays, le spectre de l'ennemi, tapi dans l'ombre, est brandi à la foule. Nous étions, cependant, un grand nombre à croire que ce décor usé du théâtre politique guinéen faisait partie du changement mille fois annoncé par le président Alpha Condé dans le cadre de son parti, le Rpg, puis dans celui plus élargi de l'Alliance Arc-en-ciel.

 

Commencer dès ce début de quinquennat à signaler que le pouvoir ne semble pas aller dans le sens des promesses faites, avant élection, aux Guinéens, n'est ni être contre le président, ni être contre son camp. C'est parce qu'il n'y a eu aucun débat digne de ce nom, dès le départ des régimes qui se sont succédés depuis 1958 que notre pays est dans l'enlisement total que nous constatons aujourd'hui. On s'est toujours contenté, dans notre pays, de faux consensus. Et cela semble se poursuivre.

 

Il y a des vérités que les amis et partisans sincères d'Alpha Condé, devraient être les premiers à les lui dire. Or les dérapages institutionnels, comportementaux et de train de vie d'un Etat aux caisses dites vides, qui se constatent depuis cinq mois (décembre 2010-mai 2011) , laissent pantois, un grand nombre d'animateurs locaux de l'Arc-en-ciel et même du Rpg; dire par conséquent de la part de certains qu'en l'état actuel de la situation en Guinée, on doit s'interdire tout débat politique, hors des mêmes apologies du système en place que tant de nos compatriotes savent faire, c'est à coup sûr , n'avoir rien retenu ni appris sur les malheurs passés et en cours du pays.

 

Des dérapages institutionnels ont été signalés dès l'entrée en fonction du président Alpha Condé pour des violations des lois en vigueur et des libertés publiques fondamentales : libertés de réunions et de manifestations prévues par ces mêmes lois, intimidation et acharnement contre les partis politiques d'opposition (dont l'UFDG de Cellou Dalein Diallo). La tentation totalitaire est manifeste dans l'exercice du pouvoir et consisterait, entre autres, à phagocyter les alliés de l'Arc-en-ciel par le Rpg ou encore à pousser tous les syndicats à n'en former qu'un seul que le pouvoir manipulera à sa guise.

 

Quelques titres de la presse, choisis au hasard et qui ne sont pas tous infondés, montrent ces dérives du pouvoir. Par exemple: “Trois ex-aides de camp de Cellou Dalein Diallo, condamnés à deux ans de prison ferme” ; “Irruption de la garde présidentielle au domicile de Cellou Dalein” ; “Fouille du domicile du leader de l'Ufdg à Dixinn Bora par les bérets rouges”, etc.

 

Naturellement, ces violations de domicile qui se révèlent sans fondement, sont ensuite démenties en haut lieu alors que le Président a lui-même donné une possible justification de ces actes illégaux dans une déclaration au Palais du Peuple lors son retour de Turquie, en ces termes: “Ils, [ses adversaires], sont assis à Dakar, en train de recruter des mercenaires. Ils n'ont qu'à venir avec leurs mercenaires, ils verront que la Guinée a une armée”. Voila qui explique publiquement les “mauvaises raisons” des irruptions fréquentes des bérets rouges au domicile de l'un des principaux dirigeants.

 

Qui peut croire qu'un homme aussi figé dans un passé qui rappelle les beaux jours du PDG des années 1960 et subitement saisi par le réflexe complotiste, va réaliser des changements en Guinée? Seuls ceux qui ont un intérêt personnel de croire à ce changement le font pour eux-mêmes mais pas pour la Guinée. La majorité d'autres le font par ignorance. Ils sont lourdement abusés pour ne pas dire plus.

 

D'autres aspects de manipulations des lois en vigueur et de populisme primaire relèvent des faits de vouloir prétendre réaliser en si peu de temps des réformes qui n'en sont pas fondamentalement:

 

L'armée guinée qui attend des supposés mercenaires?... Que le président guinéen prenne garde, une mobilisation de l'armée contre des fantômes pourrait se retourner contre lui. Les 700 millions de dollars US de Rio Tinto (?)... c'est un bon début dans le minier. Mais quelle utilisation va-t-on en faire dans un océan de besoins de financements collectifs? Même si l'on ne les destinait que pour ces besoins.

 

La suppression de l'impôt minimum?...La vraie question qui se pose à ce sujet est de savoir ce que pèse cet impôt dans les recettes budgétaires de l'Etat guinéen. Je parie qu'il doit s'agire d'un pourcentage très faible. C'est donc un effet psychologique qui est recherché par cette réforme.

 

L es fameux audits brandit depuis des années?... Oui sûrement, il ne faut pas les oublier, pourvu que ces audits soient réalisés par des organismes compétents et impartiaux et non pas comme une arme dirigée contre des adversaires politiques.

 

En effet, selon des spécialistes de cette question, “l'audit est un processus systématique indépendant et documenté permettant de recueillir des informations objectives pour déterminer dans quelle mesure les éléments du système cible, satisfont aux exigences des référentiels du domaine concerné”...”détecter les anomalies et les risques dans les organismes et secteurs d'activité examinés”, etc. Il s'agit d'une opération sérieuse et non d'un instrument de propagande politique.

 

Reprendre le recensement général pour les élections législatives?... Et bis repetita placent ( ce qui est répété plaît). On se souvient des manœuvres qui ont précédé l'élection présidentielle du 27 juin au 7 novembre 2010. C'est dans le cadre de la liste existante à cette époque qu'Alpha Condé a été élu. Et ce temps n'est pas si lointain pour qu'on puisse raisonnablement estimer que cette liste est devenue obsolète. Encore une fois, ce qui semble intéresser le thaumaturge du RPG, c'est, comme en son temps, feu Lansana Conté avec son PUP, se fabriquer une assemblée nationale aux ordres. Or ce type d'assemblée béni oui n'a conduit à aucun progrès politique, économique et social. Mais ce ne semble pas être la préoccupation des adeptes du pouvoir personnel.

Pour éviter, par conséquent, que les mêmes fautes politiques du passé se répètent dans notre pays, il faut, qu'au-delà des points de presse, certes nécessaires à la vie des partis, une solide opposition se reconsolide autour de l'Alliance des Bâtisseurs de Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Abé Sylla, Fodé Mohamed Soumah et d'autres. C'est une tâche immense, à n'en pas douter, que le pouvoir en face qui dispose de tous les ingrédients de l'establishment, tentera de saboter, pour employer un terme à la mode.

 

Quand je dis tous les ingrédients, je pense à l'utilisation de tous les moyens d'Etat pour un homme et sa camarilla. Cela concerne notamment les fonctionnaires publics, les moyens d'information dont la Rtg. J'en donne un exemple, parmi d'autres.

 

Dans une interview sur les changements en Guinée (guineenews,org du 11 mai courant) de Dr Cheick Abdoul Camara, Ambassadeur de Guinée au Nigeria, de passage à Conakry, à la question du journaliste Aboubacar Cissé: “Dans la dynamique de ses premiers jours au pouvoir, le Président Alpha Condé a-t-il eu raison d'entamer le changement en Guinée par des réformes structurelles?”

 

Dr Camara, répondit: “Certainement oui! Chaque changement véritable d'un régime politique à un autre, amène à reconsidérer obligatoirement les fondements des droits tels qu'ils étaient précédemment conçus et pratiqués”.

 

Le ton de cette longue interview est donné par le diplomate: ses réponses dithyrambiques et le piétinement de la constitution dans le cadre de laquelle, le Président a prêté serment d'allégeance, en sont ouvertement la toile de fond. Mais plus grave est l'affirmation de l'obligation de reconsidérer les fondements des droits existants. C'est exactement ce qu'est un changement par coup d'Etat militaire qui suspend toutes les institutions républicaines, y compris le pouvoir législatif (pour l'heure le Cnt) que le diplomate nous donne.

 

J'ai aussi parlé des dérives comportementales dans un contexte d'Etat aux caisses dites vides. Je vise ici la dizaine de voyages à l'extérieur du chef de l'Etat depuis son élection, alors que le déplacement le plus lointain à l'intérieur de la Guinée n'a été que pour Kindia à 150 km de Conakry et pour quelques heures. Quelles sont les raisons de ces pérégrinations? Leurs coûts? Est-ce pour dire simplement: “Guinea is back?”

 

On n'apprendrait rien à personne de répéter que le rendez-vous des nations est celui du donner et du recevoir? A l'heure actuelle qu'apporte le chef de l'Etat guinéen aux autres dans ses déplacements? Pour le faire, il faudrait, chacun le sait, d'abord travailler chez-soi. Quel extraordinaire herbier fécond de créativité, les jeunes talents guinéens pétris des techniques de développement en tous genre mais éparpillés aux quatre coins du monde auraient constitué pour de véritables changements économique et sociaux!

 

Secouant la somnolence des pratiques sociales obsolètes, seules ces jeunes générations massivement appelées à la tâche dans tous secteurs confondus et confiantes en l'avenir commun, seront capables de faire de la Guinée une oasis de prospérité en Afrique de l'Ouest. Ce n'est pas cette voie d'appel de nouvelles figures aux affaires qui a été choisie, mais beaucoup de ceux qui peuvent éventuellement être concernés par les fameux audits. Et ce ne sont pas des discours de circonstance qui nous placeront de sitôt en seconde position économique, en Afrique de l'Ouest, après le Nigeria, comme l'affirme Alpha Condé. Même la Côte d'Ivoire qui vient de traverser de terribles épreuves aura très probablement la possibilité de se relever plus rapidement que nous autres Guinéens, si nos dirigeants actuels persistent dans le bricolage politicien. Dans ce pays voisin, le Président Alhassane Ouattara a déjà fortement mis l'accent sur la réconciliation nationale et il s'y emploie pour la reconstruction.

 

Après l'élection présidentielle chaotique de novembre 2010, j'avais écrit, au regard des résultats serrés, que le camp vainqueur devait avoir le triomphe modeste pour espérer réussir l'opération vérité et réconciliation, base du renouveau et que personne ne souhaite être l'occasion des règlements de comptes et des vengeances. La crispation marquée du chef de l'Etat envers l'opposition ne semble pas avoir vraiment ouvert cette voie car si l'on s'installe dans la posture de “ceux qui ne sont pas avec moi, sont contre moi”, on ne voit pas comment la Guinée va se sortir de son enlisement. En ce XXIe siècle, les stratégies de répression pour conserver le pouvoir politique ne fonctionneront plus nulle part en Afrique.

 

La contrainte et l'utilisation de la force ne peuvent pas mener à une société d'apaisement et de développement économique et social. C'est pourquoi, les agitations du système militaro-civile, réellement en place en Guinée ne constitueront encore, une fois, que des obstacles à la marche en avant du pays. C'est une vraie ouverture des esprits et des cœurs, impulsée par tous les leaders politiques qui conduira à l'opération vérité et réconciliation, seule voie de salut collectif. Et c'est au constat de cette évolution par tous les Guinéens, sans exclusion que nous verrons tous où va la Guinée.

 

Ansoumane Doré

Dijon, France

 

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 01:44

epingler cellou 001Pour masquer ses carences, AC, le PDE (Prof  Définitivement Elimé) a toujours tenu des discours pompeux, hargneux et haineux. Je ne sais pas s’il a eu une jeunesse paisible (ce qui serait étonnant pour cet aventurier qui, par magouille électorale, a fait de Conakry son port d’attache) mais il nous administre au quotidien le spectacle d’une vieillesse agitée.

 

Aujourd’hui, AC brandit son arme favorite : les audits ! Le problème est qu’il se garde bien de nous dire sur quoi ont porté les audits dont il entend publier les résultats. Et aussi par qui ont été effectués « ses » audits. Tout porte à croire que cet ancien  auditeur libre (il a été admis à assister, sans être obligé de tout comprendre, à des cours de fac sans inscription) parle à un auditoire spécifique (l’ensemble des partisans qui l’écoutent) de choses dont il ignore le sens.

 

Quand AC dit que « certains s’agitent à Dakar…beaucoup vont fuir la Guinée… »,  il s’agit d’un certain CDD ! Comme c’est curieux de parler d’audits pour, par exemple, « Air Guinée » qui n’existe plus ! Ce qu’AC ne sait pas (c’est moins une confusion qu’une ignorance de sa part) c’est qu’un audit porte nécessairement sur ce qui existe déjà et consiste, par exemple pour une société, à contrôler sa comptabilité et sa gestion pour déceler, éventuellement, des blocages en vue de la redresser.

 

Bien entendu, on peut faire une enquête sur une société dissoute. Dans ce cas, le but serait surtout pédagogique afin d’en tirer quelques leçons. Le « Prof » devrait savoir (simplifions à l’extrême pour lui) que l’audit est un contrôle sur le présent pour rectifier, si nécessaire, la navigation en cours alors que l’enquête vise le passé pour savoir qui a fait quoi, comment et pour le compte de qui. L’audit peut être interne ou effectué par des experts extérieurs (pas nécessairement étrangers) ; quant à l’enquête, elle n’est généralement crédible que si elle est menée par une commission extérieure.

 

Ainsi, les audits d’AC « lui sont internes». Ils sont préfabriqués en commençant par des conclusions et servent comme armes contre des adversaires, considérés en tant qu’ennemis. Ce sont des «audits politiciens à tête chercheuse» de courte portée antipersonnelle, visant CDD en particulier et l’ethnie peule en général.

 

Nous demandons des audits sur l’appareil productif (est-ce vraiment le mot juste ?) actuel de la Guinée et des enquêtes (cabinets compétents et surtout enquêteurs indépendants car ce n’est pas à des pourris qu’il faut demander de trier la pourriture dans des taudis) sur ceux qui gèrent actuellement (AC lui-même et ses copains et coquins) et qui ont géré ce pays ! On devrait auditer AC sur ce qu’il fait et enquêter sur ce qu’il a fait. Je note qu’AC n’a toujours pas répondu à la question simple d’un de ses « nouveaux » admirateurs : pourquoi s’était-il déguisé un jour en imam, lui qui a affirmé, il n’y a pas longtemps, avoir honte d’être musulman ?

 

On vient de voir récemment un aspect de la gestion plus relationnelle que rationnelle de notre PDE. La publicité insipide dans le journal français « Le Monde » du 6 mai 2011 pour attirer des investisseurs en Guinée. 3 pages mensongères qui auraient coûté en vérité près de 300 000 euros, soit plus de la moitié du récent pourboire offert par Rio Tinto ! Un scandale qui n’a rien de géologique mais individuel car causé par AC lui-même ! Ce n’est pas parce qu’un quotidien porte un nom prestigieux qu’il est lu par tout le monde ! Les investisseurs ont d’ailleurs leurs revues spécialisées. Cette somme n’aurait-elle pas été mieux employée dans un des PMA (Pays les Moins Avancés) ?

 

Je me demande ce qu’a bu AC en Turquie (lors de la 4ème conférence de l’Onu sur les PMA) pour affirmer « qu’il faut d’abord être en règle si nous voulons lever la tête ».

 

Par la façon dont elle est actuellement gouvernée, la Guinée ne peut pas lever la tête. Comme le poisson, elle a commencé depuis longtemps à pourrir par sa tête, avant qu’AC ne soit hissé au sommet de l’immondice !

 

Dans une conférence, surtout internationale, l’objectif n’est pas de parler haut et fort mais d’attirer l’attention en parlant bien. On n’est pas dans un stade de foot ou un marché aux poissons mais dans le concert des nations où il faut convaincre pour rester crédible.

 

AC parle peut-être haut et fort. A moins d’avoir des troubles d’audition, on l’entend toujours. Mais la Guinée est-elle pour autant écoutée ? Ce n’est pas le « changement d’AC » qui la sortira de la liste des PMA.

 

Je vous salue.

 

Ibrahima Kylé Diallo


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 21:46

kouchner-2-ad5fa.jpgPortrait d’un escroc sans frontières…

 

Chez nous il se dit qui « s’assemblent, se ressemblent » ou encore « dis moi qui tu  fréquentes  je te dirai qui tu es ». Alpha Condé, vous savez a été déclaré « président démocratiquement élu » en Guinée. Alpha  considère Bernard Kouchner comme son « jumeau » c’est dire combien ils sont proches.

 

Et  depuis Kouchner a ses quartiers en Guinée et s’occupe de tout, et serait en mission sur la reforme de la santé, de la sécurité sociale. Il serait « l’homme » de Bolloré, ses bureaux seraient dans les locaux de SDV (filiale de Bolloré) à Conakry.

 

Kouchner était aussi sous la transition Ministre des Affaires étrangères de la France, en charge de la coopération, donc de l’Afrique. Il n’y avait plus de ministre de la coopération après la « démission » de Joyandet. Il avait donc à l’époque jouée la carte Alpha au point ou l’Elysée excédé avait publié un communiqué qui n’a servi à rien parce que Kouchner était dans sa logique.

 

 C’est ce Kouchner, appelé par Sarkozy  au quai d’Orsay,  que dépeint l’une des plus belle plumes de France, par ailleurs Directeur de l’hebdomadaire  « Le Point » !

 

C’est, de mon point de vue, un devoir patriotique de faire partager aux guinéens, et aux africains en général cette description sans complaisance de Kouchner. Lisez plutôt :

 

« Bernard Kouchner, prêt à tout pour accéder à la lumière, courtisan dans l’âme, léger et inconstant, capable de changer d’opinion dans l’instant dès  lors  que son  prince en a changé, hors d'état d'écrire une ligne ni de se concentrer une seconde, convaincu que son  emphase et sa grandiloquence feront tout passer, comme ce fut, jusqu’à présent, le cas. Y compris quand il fut établi qu’Omar Bongo, l’ancien président du Gabon, lui avait versé de rondelettes sommes pour des rapports sur le système de santé gabonais. Il est la preuve vivante qu’il faudrait être de gauche pour agir tranquillement, comme la droite plus rance, mais avec bonne conscience, sans les ennuis afférents. » Giesbert in M. LE PRESIDENT édité chez Flammarion.

 

Celui qui écrit ces lignes n’est pas Africain, donc pas guinéen, encore moins Malinké ou Peul. C’est un leader d’opinion, biographe de François Mitterrand, de Chirac et aujourd’hui de Sarkozy.

 

Kouchner ainsi exposé aux Guinéens, devrait être interdit de séjour chez nous, pour des raisons de salubrité publique et de paix sociale. Tout le monde sait l’influence négative qui fut la sienne dans la gestion de la transition en interpellant Dadis, flattant Sekouba et soutenant ouvertement Alpha Condé. Les medias s’étaient même fait l’écho d’un échange entre Sarkozy et lui entre les deux tours de la présidentielle guinéenne. Il avait carrément annoncé l’élection d’Alpha Condé. Ce qui était politiquement incorrecte et  diplomatiquement indécent et inadmissible. Surtout de la part d’un individu qui, à chaque fois, mettait en un avant la communauté internationale, qui n’est rien d’autres que « ces personnalités qui se mêlent de tout » et dont Bernard Kouchner en était le symbole.

 

Je vous invite à diffuser ce portrait de Kouchner afin de tuer dans l’œuf ses combines et commerces sur la Guinée. Nous n’avons besoin de marchand d’illusions. Ni d’escrocs sans frontières.

 

Ayya Goundo

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 01:03

abime-copie-1Le président « démocratiquement élu » de Guinée, se dit socialiste. Le socialiste Léon Blum écrivait  « Toute classe dirigeante qui ne  peut maintenir sa cohésion qu’à la condition de ne pas agir, qui ne peut durer qu’à condition de ne pas changer, qui n’est capable ni de s’adapter au cours des événements ni d’employer la force fraiche des générations montantes, est condamnée à disparaitre … »

 

Le clan de Alpha qui a été « élu » avec un slogan creux de « changeons la Guinée », va disparaitre parce que Alpha n’a aucun programme. Sans programme, Alpha ne peut rien faire que du sur place et prendre des actes à  la hussarde, qui sont la preuve de son incompétence et de son incapacité à gouverner.

 

L’incompétence d’Alpha se traduit en outre par le manque de méthode qui caractérise son exercice du pouvoir dont la seule arme est et demeure « la kalachnikov » qui était l’arme des régimes autoritaires et d’exceptions qui l’ont précédé et qui ont favorisés son avènement par « consensus  militaro-communauté internationale »

 

L’incapacité d’Alpha se manifeste par son ignorance des règles élémentaires de gestion d’une administration. Il est d’une évidence certaine, qu’il est à mauvaise école, celle de Lansana Conté et de Sékou Touré dont les apôtres constituent son univers professionnel .Il est leur Otage et eux lui servent de larbins de services.

 

Les Guinéens observent médusés, angoissés et inquiet, un président de la république hystérique, colérique  navigant dans un nuage opaque et sombre au sommet d’un Etat déliquescent et virtuel. Alpha  fait donc face à deux catégories sociales qui sont ses souffres douleurs :

 

• ses ennemis, les peuls, et les supposés soutient de Cellou Dalein, le vrai vainqueur de la consultation électorale ;

• ses Larbins, ceux qui constituent son entourage agenouillé et irresponsables.

 

Curieusement, les deux catégories ont le même traitement de sa part : Son arrogance, ses excès, son mépris et sa désinvolture. C’est ainsi que lorsque ceux qui sont supposés êtres ses ennemis qualifient ses agissements de règlement de comptes, ceux qui sont supposés être ses proches disent qu’il a «  disjoncté », qu’il a « pété les plombs ».

 

En réalité, Jean Serisé disait « Tous ceux qui  briguent ou exercent les plus hautes fonctions sont fous. Mais il y’a trois sortent de fous. « Les  pas assez fous » qui n’y arrivent pas. Les «  trop fous » qui échouent toujours. Il n’ya que les «  justes assez fous » qui réussissent. Mais ne l’oubliez jamais, eux aussi, ils sont fous ! » 

 

Alpha fait partie des « trop fous ».  Alpha va échouer !

 

Ayya Goundo


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Libre opinion
commenter cet article