Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 07:11

liberte-presse6.jpgLe Premier ministre Mohamed Saïd Fofana a reçu en audience, ce vendredi, les trois associations guinéennes de presse, AGUIPEL, ULTERGUI et AGEPI. La rencontre s'est déroulée à la Primature. Au cours de cette audience initiée par le président Alpha Condé et qui a duré plus de 30 minutes, il a principalement été question de définir la nature du partenariat devant exister entre les nouvelles autorités et la presse privée guinéenne.

 

A l’entame des discussions, le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana a félicité les médias guinéens pour le travail effectué durant ces dernières années. Un effort couronné par la tenue d’élection présidentielle et l’avènement d’une nouvelle ère démocratique pour le pays. « Si la Guinée connaît cette nouvelle ère, c’est grâce à une implication franche de la presse », a-t-il signifié.

 

Le chef du gouvernement a rassuré les patrons des trois associations de presse de l’engagement du président de la République, Alpha Condé, et de son gouvernement, de garantir la liberté de presse et le droit à l’information.

 

Comme pour indiqué qu’il mesure l’importance d’un partenariat sincère entre les deux entités, M.Fofana a déclaré que son équipe compte entamer très bientôt, une campagne de communication visant à expliquer sa mission à l’opinion nationale et internationale. Une campagne durant laquelle chaque ministre rencontrera la presse pour exposer sa politique.

 

Le président de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), Boubacar Yacine Diallo,  qui a loué les qualités d’un haut fonctionnaire de l’Etat à la tête du gouvernement, s’est dit heureux d’apprendre que l’audience était une initiative d’Alpha Condé.

 

M.Diallo s’est dit satisfait de savoir que les autorités guinéennes ne s’inscrivent pas dans une logique de bâillonnement de la presse. « Depuis quelques jours, certains croyaient que la presse est en danger. Aujourd’hui, nous sommes rassurés que la presse n’est pas en danger et ne le sera pas », a-t-il dit.

 

Par ailleurs, revenant à son association, l’Ultergui, il s’est dit favorable au réaménagement des textes qui ont autorisé la création de la trentaine de radios privées que compte le pays, pour que celles-ci puissent exercer leur métier dans une totale liberté tout en respectant les lois en vigueur.

 

« Les radios sont disposées à respecter les lois. Nous voudrions que ceux d’en face respectent la règlementation en vigueur », a souligné Boubacar Yacine Diallo, regrettant le refus des autorités en charge des télécommunications de respecter la décision du président Moussa Dadis Camara, relative à la fixation des taxes à 5 millions de francs guinéens pour les radios commerciales et 2 millions pour les radios communautaires.

 

Hassane Kaba, président de l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), groupement qui compte une soixantaine de titres dont une dizaine seulement est régulière sur le marché à date, a évoqué la nécessité d’allouer la subvention de 3 milliards aux associations de presse comme le président Dadis l’avait entamé.

 

M.Kaba a également demandé au Premier ministre d’accorder la chance aux journalistes du privé, le plus souvent marginalisés au profit de ceux des médias d’Etat, dans la couverture des évènements officiels. Dans cette même lancée, il a sollicité que la presse privée soit associée aux voyages officiels du président de la République et des membres du gouvernement à l’étranger pour une meilleure visibilité des actions posées.

 

En prenant la parole au nom des 33 sites membres de l’Association guinéenne de la presse électronique (AGUIPEL), Amadou Tham Camara a déploré l’absence de l’Etat aux côtés de la presse l’année dernière. « On attendait beaucoup de l’Etat mais il n’a rien fait », a-t-il regretté.

 

M.Camara a plaidé pour l’obtention de la subvention devant être allouée à la presse et l’application de l nouvelle Loi sur la presse promulguée par la président de la transition, Général Sékouba Konaté, le 22 juin 2010.

 

« Nous souhaitons que cette nouvelle Loi promulguée soit appliquée dans toute sa rigueur », a-t-il lancé.

 

Il convient de signaler que dans leur intervention respective, les trois présidents des associations de presse ont mis l’accent sur la conjoncture économique qui raréfie les annonces publicitaires, la crise énergétique couplée à la hausse du prix du carburant et la cherté du prix des intrants pour les journaux.

 

Après avoir écouté toutes les interventions, le Premier ministre a rassuré les représentants des medias privés de la volonté de son gouvernement de prendre en charge la plupart des préoccupations évoquées. « Nous avons pris la mesure de la chose », a affirmé Mohamed Saïd Fofana, promettant que « l’accès à l’information sera réel ».

 

Le Chef du gouvernement a souhaité la création dans les meilleurs délais d’une commission de concertation chargée d’élaborer des propositions qui seront soumises au Conseil interministériel pour discussion.

 

Enfin, tout en réitérant l’engagement du président Alpha Condé de garantir la liberté de presse, le Premier ministre a promis l’application de la nouvelle Loi sur la presse.  « C’est normal. Quand une loi est promulguée, il faut l’appliquer. Je le transmettrai à qui de droit », a-t-il conclu.

 

Rappellons que l'audience s'est tenue en présence du ministre de l'Information et Porte-parole du gouvernement Dirus Dialé Doré et de son collègue de l'Emploi, de l'Enseignement technique et de la formation professionnelle, Damatang Albert Camara.

 

Ougna Elie Camara

Chargé de Communication de l’AGUIPEL

Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Droits humains
commenter cet article

commentaires