Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 11:00

 

La Fédération syndicale autonome des banques et assurances de Guinée (Fesabag) a levé le mot de grève entré en vigueur le lundi 10 mai dernier. C’est la suite logique d’un protocole d’accord signé avec l’Association des professionnels des banques (APB).

 

Ce protocole d’accord annonce entre autres, le relèvement de la valeur du indiciaire de 4.617 à 5.171 francs guinéens à compter du 1er janvier 2010 contrairement au 1er mars antérieurement proposé par le Premier ministre, Jean Marie Doré. Ce nouveau relèvement porte l’augmentation salariale à 12%.

 

Il prévoit aussi l’application des dispositions de l’article 335 du code du travail relatives aux payements des jours de grève, le renvoi des points II et III de la plate forme revendicative 2010 aux prochaines négociations 2011, la trêve sociale et la suspension de toutes négociations internes jusqu’au 31 décembre 2010.

 

La levée du mot d’ordre de grève hier à été suivie par la reprise des activités dans les banques ce mercredi.

 

A Conakry, des citoyens ne cachaient plus leur mécontentement vis-à-vis des banquiers. Ils estimaient que ceux-ci privilégiaient leur propre intérêt au détriment de ceux de tout le pays. On n’hésitait plus à les qualifier de « saboteurs » ou d’ « opposants à la transition.»

 

Mamadi Touré

pour www.lejorguiee.com partenaire de www.ondes-guinee.info

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 10:08

 

Au bord du Tinkisso, les larmes de Alpha Issa coulent au rythme des flots du fleuve. Il affronte les vagues de ses larmes et griffonne un poème pour rendre hommage aux syndicalistes et journalistes décédés. Voici son texte :

 

Il faut du temps pour rêver une vie

Il faut du courage pour marque une vie

Il faut la persévérance pour marquer une histoire

Il faut des hommes pour le faire

 

Nos héros sur le chemin de Fria sont l’un d’eux

Qui ont osé dire non à l’injustice

Qui ont osé dire non à l’égoïsme

Qui ont osé crier l’impunité

Qui ont combattu l’intolérance et la gabegie

 

Vous êtes parti sans vraiment partir

Vos âmes resteront en nous comme un arbre et ses racines

Je vous écris sans s’attendre à une réponse immédiate

 

Je vous écris le long du fleuve Tinkisso (Dabola) en traversant les ruelles et hayons de la Basse-Guinée, de la moyenne-guinée, de la guinée-forestière et de la haute-guinée

Je ne saurai m’arrêter, car vous êtes nos guides et nos symboles démocratiques

 

Vous écrire tout le temps, durant tout le temps et pendant tout le temps, car vous avez laissé tout votre temps durant toute votre vie pour les sans voix de notre chère patrie, la Guinée

 

Troubadours de la nouvelle génération

Votre courage, votre engagement seront pour nous la fondation de la nouvelle Guinée libre

 

Je vous rends cet hommage mérité au nom de la liberté à vos familles respectives et à toute la guinée.

 

Que vos âmes reposent en paix…

A men !

 

La Chaux-de-fonds le 22.04.2010

 

A. Issa Barry

Président de l’association des guinéens et Amis du Canton de Neuchâtel (Aganc)

Suisse

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 11:56

La Fédération des Associations de Guinéens de Suisse et de France voisine (FAGSF) adresse ses condoléances suite aux décès de Dr. Ibrahima Fofana, Hadja Magbè Bangoura, Aboubacar Lansana Camara et Lamba Mansaré. Le message :


Berne, le 21 avril 2010

 

Chers compatriotes,

 

C’est avec une grande tristesse que la communauté guinéenne de Suisse et de France voisine a appris la disparition de madame Bangoura et de messieurs Camara, Fofana et Mansaré.

 

L’accident de voiture survenu à Tormelin (Somboly) le vendredi 16 avril a privé notre pays de citoyens déterminés et désireux de mettre leurs compétences au service de leurs compatriotes.

 

La mort les a surpris alors que les uns se préparaient à faciliter la résolution d’un conflit et les autres étaient disposés à partager avec nous des informations précieuses pour la stabilité de la Guinée. Il n’est en effet pas de biens plus précieux et durables que la concorde reposant sur le respect de la dignité et des droits de chacun.

 

La communauté guinéenne de Suisse et de France voisine a eu l’insigne plaisir de connaitre Dr. Ibrahima Fofana. Au sortir de la grève générale de 2007, avec Hadja Rabiatou Sérah Diallo et El Hadj Yomoudou Touré, il avait consenti à prendre part à une réunion organisée à l’Université de Genève.

 

Cet événement sans précédent, tout comme la mobilisation initiée par les syndicats guinéens, avait suscité un intérêt considérable parmi nos compatriotes résidant en Suisse et en France voisine.

 

En ces temps d’unité nationale autour de principes fondamentaux comme le respect de l’indépendance de la justice et la mise en œuvre des accords négociés avec le chef de l’Etat, notre communauté s’était retrouvée et avait manifesté le souhait de se doter d’une instance pour se rassembler et prendre part au développement de ses membres et que de la Guinée.

 

Dr. Ibrahima Fofana nous avait encouragé dans cette voie et avait souligné à quel point notre concours serait apprécié dans la construction de la Guinée de demain– juste et prospère. Parmi ces nombreux combats, il trouvait le temps de partager avec ses concitoyens le sens de ses luttes et à donner ses opinions sur des sujets variés. Ainsi, il nous a dispensés des conseils dont nous nous sommes inspirés pour constituer le 13/12/2009 la Fédération des Associations de Guinéens de Suisse et de France voisine. Nous lui témoignons ici notre sincère reconnaissance.

 

Nous adressons aux familles des regrettés disparus, à leurs collègues et à toute la Guinée nos sincères condoléances ainsi que notre infinie gratitude pour leurs efforts en faveur de notre pays.

 

Tâchons d’être à la hauteur de leur dévouement afin que nous soyons les dignes continuateurs de l’œuvre qu’ils ont débuté !

 

Que leurs âmes reposent en paix ! Amen.

 

Fédération des Associations de Guinéens de Suisse et de France voisine (FAGSF)

 

M. Tibou Sakho

Président

 

source : www.nlsguinee.com partenaire de www.ondes-guinee.info

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 17:21


(Un homme et son fils visitent l'autobus dans lequel Rosa Parks a refusé de se lever en 1955.)

Chaque année en février, le Mois de l'histoire afro-américaine met en évidence les luttes et les triomphes de millions d'Américains face à de terribles obstacles - à savoir l'esclavage, les préjugés et la pauvreté -, et leurs contributions à la vie culturelle et politique des États-Unis.

Selon le Bureau de recensement des États-Unis, ce pays compte plus de 41 millions de résidents noirs, y compris ceux de race mixte. Ils représentent 13,5 % de la population.

 

En 2009, l'entrée en fonction du premier président afro-américain de l'histoire des États-Unis, M. Barack Obama, a apporté au Mois de l'histoire afro-américaine une nouvelle importance. M. Obama a prêté serment en sa qualité de président le 20 janvier 2009, le lendemain de la journée consacrée à la commémoration de l'anniversaire de Martin Luther King, qui est une fête fédérale.

 

Lors du discours qu'il a prononcé après sa prestation de serment le 20 janvier, le président Obama a souligné le caractère historique de cette prestation en déclarant : « Un homme dont le père, il y a moins de soixante ans, n’aurait peut-être pas été servi dans un restaurant local peut aujourd’hui se tenir debout devant vous pour prononcer le serment le plus sacré ».

 

C'est en 1926 que Carter Woodson, un célèbre historien, a institué la Semaine de l'histoire des Noirs. Il avait choisi la deuxième semaine de février afin que cette semaine coïncide avec les anniversaires d'Abraham Lincoln et de Frederick Douglass.

 

Le président Gerald Ford a décidé d'étendre cette semaine à un mois en 1976, année du bicentenaire du pays. À cette occasion, il a exhorté les Américains à « saisir l'occasion de rendre hommage aux réalisations des Américains de race noire dans tous les domaines, qui sont trop souvent ignorées ».

 

Fils d'anciens esclaves de Virginie, Carter Woodson s'était rendu compte que les difficultés et les réalisations des Américains d'origine africaine étaient passées sous silence ou déformées. Il a alors fondé l'Association pour l'étude de la vie et de l'histoire des Noirs américains (Association for the Study of African American Life and History ou ASALH), qui publie une revue et qui décide chaque année le thème du Mois de l'histoire afro-américaine.

 

Le thème de 2010, « l'histoire de l'émancipation économique afro-américaine », entend saluer le succès d'hommes et de femmes afro-américains, tels que Madame C.J. Walker, fondatrice d'une grande société de produits de beauté au début du XXe siècle et la première Afro-Américaine à gagner 1 million de dollars.

                                                                                                                                                    
(M. Carter G. Woodson, le fondateur du mois de l'histoire afro-américaine.)  


Cette année, l'ASALH célèbre le centenaire de la Ligue urbaine nationale (NUL), qu'avaient fondée à New York en 1910 un groupe de réformateurs militants, tant noirs que blancs, qui voulaient répondre aux besoins des Afro-Américains alors qu'ils migraient de plus en plus nombreux vers le nord du pays afin d'échapper à l'oppression économique, politique et sociale qui sévissait dans le Sud.

 

Selon le président de l'ASALH, M. John Fleming, le fait que le président Obama ait eu un père noir né au Kenya et une mère blanche née aux États-Unis « continue de refléter la contribution des Africains et des Européens à l'histoire des États-Unis depuis le tout début ».

 

Le Mois de l'histoire afro-américaine, a-t-il dit, doit porter à la fois sur les aspects positifs et négatifs de l'expérience vécue par les Noirs. « La lutte est évidemment un thème récurrent depuis le tout début de notre histoire. Avant d'être capturés en Afrique, nous n'étions pas des esclaves. Et si l'esclavage a fait partie de notre histoire pendant deux cent cinquante ans, nous avons quelque cent cinquante années de liberté dont nous devons traiter. Ce n'est pas pour diminuer l'importance de la période d'esclavage, mais elle n'englobe pas tout ».

 

M. Fleming a souligné qu'il avait constaté des progrès considérables sur de nombreux fronts. Toutefois, a-t-il ajouté, « il subsiste certains problèmes graves qu'il faut régler, notamment celui des marginaux permanents dans les zones urbaines. Nous ne semblons pas être en mesure de mettre fin au cycle de la pauvreté. Il y a également des noyaux importants de pauvreté dans certaines régions rurales », par exemple le delta du Mississippi.

 

« Je suis heureux que l'on s'apprête à créer un Musée national afro-américain sur le Mall (l'esplanade centrale de Washington) qui relatera une histoire bien plus étendue », a-t-il dit.

 

En 2003, le président Bush a promulgué une loi portant création d'un nouveau musée qui sera situé sur cette esplanade, près du monument de Washington. Ce musée n'est pas encore construit, mais une exposition de photographies, organisée à Washington à la fin de 2007, se déplace actuellement dans diverses villes du pays, et ce jusqu'à la fin de 2011.

 

« En discutant avec les jeunes, noirs comme blancs, on constate que leur ignorance de l'histoire afro-américaine est effarante, a fait remarquer M. Fleming. C'est la raison pour laquelle Carter Woodson a eu l'idée d'une semaine consacrée à la célébration de l'histoire des Noirs. C'est en février que l'histoire afro-américaine attire le plus d'attention, et je pense que c'est l'occasion de souligner qu'elle devrait être étudiée toute l'année ».

 

Chaque année, le président des États-Unis marque le Mois de l'histoire afro-américaine par une proclamation et une célébration à la Maison-Blanche. Les États et les villes organisent leurs propres célébrations dans tout le pays, et les médias présentent des sujets liés à l'histoire des Américains d'origine africaine.

 

L'ASALH a son siège à Washington, ville où Carter Woodson a vécu de 1915 jusqu'à sa mort en 1950. Sa maison est classée « monument historique ».

 

On trouvera une mine de renseignements sur l'ASALH and sur la Ligue urbaine nationale sur leurs sites d'Internet (en anglais).

 

Louise Fenner

 

Source : America.Gov

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 20:14

Le décès est survenu le 2 février 2010 à Conakry par suite d’un accident de la circulation. Diéynabou Diallo est née en 1955 à Petty. Fille d’El Hadj Amadou Tidia et de Halimatou Diallo, Sirah était l’épouse d’Alpha Amadou N’Guillako Diallo. Elle a laissé derrière elle plusieurs enfants et petits enfants.

 

Nos condoléances s’adressent à son éploré époux, à ses enfants, à sa maman, ses frères et sœurs et à toutes les personnes affectées par la triste nouvelle.

 

Les cérémonies de condoléances auront lieu :


- A Conakry : au domicile de la famille au quartier Aviation, près du camp Alpha Yaya Diallo

- En France, chez M. Lamarana Petty Diallo, frère de la défunte


Egalement, chez les autres frères et sœurs :


- Aux Etats- Unis : chez M. Alhassane Diallo dans le Bronx Tél : 9172924870

- A Hambourg : chez M. Alpha Bacar Diallo (Allemagne)

- A Freetown : chez Fatoumata Lamarana Diallo « Baïly)

- A Kissidougou : chez Yayé Goulo Pettoy

 

Nous prions pour l’âme de la défunte.

 

Nous réitérons que les accidents de la circulation sont l’un des grands fléaux dont souffre la Guinée.

 

Notre sœur nous a été prématurément arrachée par la faute d’un chauffard, un de plus, qui se comporte au volant comme bon lui semble et dans notre capitale et dans le reste du pays.

 

Espérons que la restauration de l’Etat de droit mettra fin au mauvais comportement des chauffards irresponsables et jamais sanctionnés. Combien de familles guinéennes pleurent, et ont pleuré un des leurs, comme nous à cause d’insécurité routière ?

 

Sirah ! Nous prierons et poursuivrons ton assassin ! Dieu Tout puissant nous implorons Ta Miséricorde pour que l’âme de notre défunte Diéynabou repose en paix !

 

Amen !

 

Les Familles Diallo et alliés

 

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 15:40

L'Ange de la mort encore une fois vient de frapper à la porte de Nabaya. Notre frère et ami Mr Laminingbè Kaba vient de rendre l'âme des suites d'une longue maladie. Physiquement et moralement affaibli par la maladie, mon frère laminingbè a été évacué d'urgence à Bonn(RFA) par autorisation de sa famille et le consentiment de son medecin traitant. Arrivé à Bonn donc et avec toute l'assistance du personnel médical de l'hopital central de Bonn, Mr laminingbè n'a pas pu vaincre la maladie.

Connu par tous les Nabayakas,sympathisants et amis de Nabaya comme un Monsieur plein d'énergie,d'initiatives et de bonnes manières qu'il a su mettre à la disposition de Nabaya et de tous les Nabayakas, nous déclarons ici que nous venons de perdre non seulement un frère, aussi un initiateur et co fondateur de l'action Nabaya.

Il était toujours là aux cotés de Kerfalla Camara,Tonton Solomana camara, Elhadj Ba Kaba (paix à leurs ames) etc... pour toutes les actions concernant Nabaya.


Une cotisation d'urgence est organisée à cet effet donc pour nous permettre d'assurer l'évacuation du corp de notre regretté frère au bercail qu'il a tant aimé.


Voici quelques contacts vous permettant ainsi de vous acquiter de votre dernier devoir à l'endroit de ce digne fils nous a aimé et que nous continuerons à porter dans nos coeurs.


Mr. Karou Kaba
au (917) 514-7550
Mr. Mouctar Kaba au (917) 214-7079
 
Paix et salut à ton âme cher frère et doyen de Nabaya.

Que le tout puissant t'accorde sa miséricorde.

Amen!
 
Malick Diané
Secrétaire général de Nabaya, Inc

Source : www.ondes-guinee.info

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Social
commenter cet article