Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 03:08

alpha 06Le chef de l'Etat guinéen Alpha Condé a exhorté mardi les acteurs politiques de la mouvance et de l'opposition à "accepter" les résultats du scrutin législatif du 28 septembre, afin de préserver la paix et la quiétude sociale dans l'intérêt du pays.

 

Dans son discours à la nation prononcé à l'occasion de la fête nationale d'indépendance, le 2 octobre, le président guinéen a remercié toutes les composantes de la société guinéenne, ainsi que la communauté internationale pour la réussite de l'organisation des élections législatives transparentes et paisibles, permettant au pays d'amorcer un élan vers la mise en place de la deuxième institution républicaine (Assemblée nationale).

 

 Selon lui, l'ambition de son gouvernement est de faire de la Guinée un Etat de droit et une nation démocratique, où le critère de désignation des dirigeants se fait seulement par le suffrage universel, à travers des élections libres et transparentes.

 

 "J'invite les responsables des partis politiques à emboiter le pas du peuple et de prendre en compte avec maturité les décisions relatives aux résultats des élections législatives", a déclaré le président Condé, avant d'affirmer que "la Guinée sera dotée bientôt de représentation nationale où le débat politique et la pluralité d'opinion constitueront le fondement de la démocratie pour le pays".

 

Il a rappelé les efforts consentis par son gouvernement depuis son arrivée au pourvoir pour soulager les souffrances des populations guinéennes, à travers des réformes macroéconomique et structurelle, ayant permis au pays de se relever sur le plan national et régional.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:53

cellou_alpha.jpgDevant une foule des militants de son parti, Cellou Dalein Diallo, a annoncé ce dimanche 29 septembre la victoire de l’opposition aux législatives organisées le samedi dernier. Le leader de l’UFDG déclare « Je vous annonce que nous avons gagné à Dixinn et Ratoma ; grâce à notre alliance, l’UFR gagne à Matoto, Kaloum et Matam. Sur la liste nationale, nous sommes en tête partout.».

 

Puis il a remercié les militants pour leur courage et leur détermination face aux brimades subies lors des précédentes contestations de l’opposition pour obtenir du pouvoir des conditions d’un scrutin libre et juste.

 

Avant de finir, le chef de file de l’opposition guinéenne avertit : « Qui conque essaye de falsifier les résultats nous trouvera sur son chemin… ».

 

Kadiatou Touré

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 12:32

opposition_guinee2.jpgLes chefs des principaux partis de l'opposition ont eu une séance de travail avec quelques diplomates occidentaux en poste à Conakry qui leur ont demandé d'éviter un nouveau bain de sang en Guinée.

 

Une grosse pression des ambassadeurs du G8, accrédités à Conakry, mise sur les épaules de quelques leaders politiques a fait fléchir l’opposition qui a accepté de surseoir à sa marche de protestation prévue ce jeudi.

 

Une décision qui ne fait pas l’unanimité non seulement au sein des leaders d’opinion, mais aussi parmi des milliers de leurs militants qui n’ont cessé d’appeler les rédactions pour protester contre ce report.

 

Cela dit, Cellou Dalein Diallo de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg), Sidya Touré de l'Union des forces républicaines (Ufr) et Dialikatou Traoré du Rassemblement du peuple de Guinée et le Parti de l’espoir pour le développement national (Pedn, parti de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté) ont été invités par les ambassadeurs américains et français à Conakry à surseoir à leur manifestation afin de donner une chance à la médiation.

 

Le médiateur en chef dans la crise guinéenne, le diplomate algérien Saïd Djinnit est attendu vendredi à Conakry.

 

Pendant ce temps, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) a appelé la Commission électorale nationale indépendante à plus de transparence dans le processus menant aux législatives du 24 septembre.

 

Les électeurs, selon un communiqué de cette mission, n’ont toujours pas eu l’assurance que leur demande d’inscription, de correction ou de modification ait été prise en compte par la Céni.

 

La Mission a fait part des difficultés liées à un démarrage chaotique et non maîtrisé de la distribution des cartes d’électeurs.

 

Source : Rfi

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 08:13

ballade2.jpgLe médiateur des Nations Unies, Saïd Djinnit, vient de peser de tout son poids dans la balance pour convaincre l'opposition radicale de ne pas mettre à exécution sa menace de prendre la rue. Après d'intenses pourparlers, Cellou Dalein Diallo et compagnies ont décidé de donner un ultimatum supplémentaire au régime de Conakry.

 

La marche, tant redoutée, n'aura pas lieu ce jeudi. Mais, d'après nos sources, si les revendications de l'opposition ne sont pas satisfaites jusqu'à ce vendredi, les manifestations de rue vont reprendre lundi prochain.

 

La transition ouverte en 2008 peine à finir en Guinée. Les législatives censées mettre fin à cette période incertaine sont reportées sans cesse. Entre l'opposition dite radicale et républicaine et le le pouvoir d' Alpha Condé, la crise de confiance a atteint son paroxysme.

 

Les deux parties s'engagent souvent dans un dialogue de sourds. Un dialogue de sourds tragique parfois à cause des manifestations de l'opposition dans les rues de Conakry. Les législatives sont un tournant pour l'opposition et le régime. Pour l'un ou l'autre camp, pas question de perdre le contrôle de la future assemblée nationale.

 

Plus que de la tension en l'air.

 

Malik Condé

pour Guinea-Foum.org partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 10:42

alhassane-condeLe ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Alassane Condé, vient d’agréer une association dénommée Union des Roundés dont la zone de prédilection est dans le Fouta Djallon que les actuelles autorités sont entrain de rebaptiser Manden Djallon.

 

L’arrêté ministériel a été signé le 6 août 2013 et porte le n°4161 et il stipule que cette association a la forme d’une ONG et est apolitique. Mais plus grave, le texte ministériel accorde à cette association la mission de se battre pour l’égalité entre les individus et la lutte contre la ségrégation raciale.

 

En attendant d’en savoir plus, cet acte émanant d’un des ministres les plus influents du régime Condé affiche carrément sa volonté de raviver la haine ethnique dans cette région et de préparer la guerre civile. Sinon l’esclavage  a été banni par la colonisation française qui a créé un territoire qui s’appelle la Guinée et avant l’indépendance, en 1956, la chefferie traditionnelle qui entretenait une forme d’exploitation de l’homme par l’homme a été dissoute. Depuis lors ces populations vivent en symbiose.

 

Mais, il s’avère que chaque jour davantage Alpha Condé et ses extrémistes à l’image d’Alassane Condé ne cachent pas leur volonté d’exclure toute une communauté. Ces personnes caracolant au-dessus de leurs 70 ans n’ont rien à perdre en foutant la Guinée dans la merde et dans le sang avant de sombrer dans l’histoire.

 

En autorisant cette organisation, on lui accorde un cadre légale. Il restera à ses « parrains » de lui donner les moyens matériels et financiers pour mener sa lutte contre la ségrégation raciale. Déjà, récemment on parlait de la présence des donzos dans les villages de la Moyenne Guinée. Leur mission serait de déclencher les massacres en cas des troubles délibérément créés.

 

Au lieu d’initier des projets de développement, se doter des moyens matériels et financiers pour les réaliser, le régime d’Alpha Condé s’évertue à diviser les Guinéens. Alpha Condé et ses sbires à l’image d’Alassane Condé, Djawo Kanté, le géniteur de Manden Djallon et le foulanophobe Mansour Kaba doivent avoir un problème avec la communauté peule. Un aveu qu’ils feront un jour devant l’histoire et devant Dieu. Sinon, ce genre de combat n’a aucune place dans une Afrique appelée à exploiter ses diversités culturelles. Eux tous devraient s’inspirer de grands de ce monde à l’image de Mahatma Gandhi, Martin Luther King, Léopold Sédar Senghor ou Nelson Mandela.

 

Triste pour eux et honte à l’élite guinéenne.

 

Oumar Yacine Bah

 

Source : Lejour.info

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 08:36

elections transparentesMettant à profit sa tournée effectuée dimanche à Kindia, principale agglomération de la Basse Guinée située à 150 km de Conakry, le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana a invité les populations à se rendre massivement aux urnes le 24 septembre pour s'acquitter de leur devoir civique.

 

Cet appel en direction des populations de Kindia vient ainsi dissiper les doutes sur la tenue du scrutin législatif à la date indiquée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

 

La menace proférée par l'opposition de déclencher des actions de désobéissance civile à compter du 19 septembre commençait à créer une sorte de psychose chez la plupart des électeurs, faisant ressentir l'incertitude sur le respect du chronogramme électoral fixé par la CENI et entériné par le président Alpha Condé.

 

La CENI chargée d'organiser le scrutin a procédé à la remise du fichier électoral sur clé USB aux partis politiques en lice pour cette élection.

 

Elle a entamé l'acheminement du matériel électoral vers les circonscriptions électorales. La distribution des cartes électorales a également débuté dans la capitale et dans certaines préfectures.

 

La CENI tient ainsi à rassurer les Guinéens sur sa capacité à respecter le délai du 24 septembre fixé par l'accord global inter- guinéen paraphé le 3 juillet dernier entre les parties prenantes au processus électoral.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 19:11

peau_2_banane.jpgLes principaux leaders de l'opposition guinéenne émettent des réserves sur le fichier électoral conçu par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) par le truchement de l'opérateur sud-africain Waymark Sabary.

 

Ceci à deux semaines des élections législatives prévues pour le 24 septembre. Ces critiques visent surtout le "dédoublonnage dont les résultats ne sont toujours pas communiqués par la CENI, le découpage électoral qui aurait conduit à la réduction du nombre de vote dans certains fiefs de l'opposition".

 

Face à une telle situation, l'opposition menace de se retirer du processus électoral. C'est du moins ce qu'a affirmé ce lundi Sydia Touré, ancien Premier ministre dans une déclaration radiodiffusé.

 

Faisant allusion à l'état actuel du fichier électoral, qu'il considère comme "truffé d'irrégularités", l'opposant qui avait l'air très amer a déclaré : "Nous n'allons pas accepter n'importe quoi. Car la mauvaise foi devient la règle pour certains".

 

Dans sa déclaration, Sydia Touré est revenu sur "son constat" dans des localités visitées lors d'une tournée effectuée récemment en provinces, dans le cadre de la campagne électorale. D'après le leader de l'Union des forces républicaines (UFR), des "bureaux de vote fictifs" ont été décelés par l'opposition dans certaines circonscriptions électorales.

 

Ce qui l'amène à dire que "la date n'est pas fétichiste en soit", pour ce qui est de la question de savoir si l'opposition allait demander le report du vote, afin de "corriger éventuellement ces anomalies".

 

D'après toujours Sydia Touré, l'opposition n'attendrait que le résultat de la réunion du comité de suivi de l'accord du 3 juillet, avant de prendre une ultime décision sur son retrait ou pas du processus électoral. Cette réunion prévue ce lundi permettra de lever l'équivoque sur le dédoublonnage et les listes d'émargement, selon nos informations.

 

L'interruption brusque de la tournée du chef de file de l'opposition, qui a rallié Conakry le samedi dernier serait due à cette polémique qui enfle autour du fichier électoral, a-t-on appris de sources proches de son parti.

 

Cellou Dalein Diallo est revenu afin que ses pairs et lui puissent coordonner leur position à partir de ce lundi, pour ce qui est de la décision à prendre par rapport à la suite du processus électoral.

 

On se souvient qu'il y a une semaine, des menaces de reprendre la rue avait été proférées par cette même opposition. En vue de protester contre ce qu'elle qualifie de "dysfonctionnements " au niveau de la conception du fichier électoral.

 

Pour le moment, cela ne serait pas à l'ordre du jour, mais les opposants voudraient plutôt exiger de la CENI la publication du fichier, afin de permettre aux électeurs d'être situés sur leurs bureaux de vote, et corriger éventuellement les "erreurs" qu'ils pourraient avoir au niveau du découpage électoral.

 

Réponse du berger à la bergère, Moustapha Naité, porte-parole du parti au pouvoir, a répliqué aux allégations de l'opposition, en affirmant ce lundi "qu'il s'agit là certainement d'une sorte d'amertume, dans un combat perdu d'avance".

 Vu le poids du rouleau compresseur de la mouvance présidentielle, qui va écraser tout sur son passage, lors de ces élections législatives.

 

Pour sa part, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a profité d'un atelier de renforcement des capacités opérationnelles des représentants de ces démembrements, qui s'est déroulé du 6 au septembre à Kindia, ville située à 150 kilomètres de la capitale, pour livrer la cartographie électorale.

Celle-ci porte sur 11 998 bureaux de vote pour 5 millions 94 664 électeurs.

 

L'institution a aussi annoncé le démarrage de la distribution des cartes électorales à compter du 11 septembre. Une opération qui va se poursuivre jusqu'à la veille du scrutin prévu le 24 septembre.

A mesure qu'on avance du jour J, la polémique autour du fichier électoral ne faiblit pas. De quoi faire planer l'incertitude sur la tenue de ce vote à la date indiquée.

 

 Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 09:33

aliou-barry.jpgLe vice-président du Bloc Libéral, Aliou Barry a annoncé ce matin sa démission du parti. Le parti fonctionnerait sur une base de concentration de toutes les décisions autour du leader, Faya Millimono.

 

Aliou Barry officier à la retraite de l’armée française, est un éminent chercheur, président de l’Observatoire national de démocratie et de droits de l’homme qui a écrit plusieurs ouvrages sur les conflits et les forces armées. Il est bien connu dans la sous-région.

 

Boubacar Diallo

pour LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:11

elections transparentesLes élections législatives de Guinée se profilent à l'horizon, et les électeurs guinéens pourront se rendre aux urnes dans trois semaines, comme prévu dans le chronogramme électorat, sauf cas de force majeure.

 

La campagne électorale suit son cours, dans une ambiance certes morose, sur fond d'optimisme mesuré de certains leaders de l'opposition, qui tout en étant engagés dans le processus électoral, émettent des réserves sur les préparatifs du scrutin, accusant la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de ne pas être à la hauteur dans sa tâche.

 

Ils vont jusqu'à proférer des menaces d'intenter des actions de désobéissance civiles, si jamais les conditions pour l'organisation d'un vote "transparent" n'étaient pas réunies.

 

La récente sortie de l'ancien Premier ministre Sidya Touré, président de l'Union des forces républicaines (UFR), qui a profité d'une conférence de presse tenue lundi dernier, pour hausser le ton contre des "dysfonctionnements" enregistrées au niveau de la conception du fichier électoral, illustre le malaise qui commence à gagner l'opposition, à mesure que les élections approchent à grands pas.

 

Malgré cette vague de critiques qui visent la CENI, cette dernière tente de rassurer les électeurs, en affirmant que tout sera mis en œuvre pour que le scrutin puisse se tenir à la date indiquée, et à la satisfaction de tous les acteurs engagés dans le processus.

 

Concernant les préparatifs, le volet de sécurisation des élections a été lancé, par la création par décret présidentiel, dans la soirée du jeudi 29 août de la force spéciale de sécurisation des élections législatives (Fossel).

 

Cette force a pour mission de "maintenir la paix, assurer la sécurité ainsi que la libre circulation, la défense des personnes et de leurs biens sur l'ensemble du territoire avant, pendant et après les élections législatives".

 

La Fossel est dirigée par le Haut Commandant de la gendarmerie nationale, Directeur de la Justice militaire, le général de division Ibrahima Baldé.

 

Cette force sera composée d'environ 16 mille agents, qui vont travailler sous la supervision de la CENI, en toute impartialité, en observant la stricte neutralité entre les acteurs politiques.

 

Preuve de l'intérêt porté par la communauté internationale à ces élections, l'Union européenne a mis en place une Mission d'observation électorale à l'occasion des élections législatives du 24 septembre 2013.

 

Cette mission dirigée par M. Cristian Preda, membre du Parlement Européen, compte 70 observateurs, dont 24 ont été déployés ce samedi dans les préfectures intérieures, en tant qu'observateurs de longue durée.

 

Ces observateurs sont issus de différents Etats membres de l'Union européenne et de la Norvège. Et l'Union africaine (UA) a emboîté le pas à l'UE, en dépêchant en Guinée une équipe d'observateurs elle aussi.

 

L'octroi d'une subvention de 300 mille euros aux partis politiques candidats aux législatives par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) la semaine dernière entre aussi dans le cadre des préparatifs de ce vote, montant dont la clé de répartition a été décidée par la CENI, elle-même.

 

C'est le parti au pouvoir, RPG-arc-en-ciel, qui a bénéficié de la grosse part du gâteau, soit près de 30 mille euros, suivi de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principale formation politique de l'opposition, qui elle a obtenu près de 20 mille euros.

 

Cette répartition obéit à des critères de représentativité au niveau des deux scrutins, à savoir l'uninominal et le scrutin proportionnel.

 

Il conviendrait de noter que le comité de suivi de l'accord du 3 juillet, signé entre les parties prenantes au processus électoral, a tenu sa dixième réunion le lundi 26 août.

 

C'était sous la présidence du Facilitateur International M. Saïd Djinnit qui a mis l'occasion à profit pour passer en revue les différentes préoccupations des acteurs politiques.

 

Le Comité de Suivi s'est réjoui à cette occasion "de ce que la CENI continue de fonctionner normalement. Par la tenue de réunions hebdomadaires initiées par la CENI avec les partis politiques et l'en félicite".

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 10:46

bangoura_kiridi.jpgLa présidence de la République dans la logique de conquête de cinq communes de la capitale aux prochaines législatives en faveur du RPG Arc en ciel, le gouverneur Cdt Sékou Resco Camara et le ministre secrétaire général à la Présidence, Kiridi Bangoura ont réuni les chefs de quartiers. Ce dernier est venu à cette rencontre avec des caisses d’argent. Un montant de 2,5 milliards de francs soient 500 millions par commune a été présenté aux participants.

 

Une fois au retour dans leurs circonscriptions, ceux de Matoto ont reçu chacun une modique enveloppe de 5 millions de francs pour la distribuer aux  électeurs afin que ceux-ci votent le RPG Arc en ciel. Estimant que ce montant est petit par rapport à celui qui leur a été proposé, ils ont simplement refusé l’offre.

 

Le montant a été repris et confié au secrétaire général de la commune des affaires religieuses, Elhadj Algassimou Cissé pour l’affecter aux imams. Celui-ci, selon nos sources, a accepté ce montant qu’il est chargé de le redistribuer aux prélats à l’aide de son secrétaire général administratif d’Elhadj Diané.

 

Mohamed Camara

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article