Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 18:02

bandit_250_250.jpgUn présumé bandit, nommé Mohamed Camara, commerçant de profession et né il y a 30 ans à Conakry a été abattu par des gendarmes dans la nuit du mercredi à jeudi dans le quartier Simbaya-Gare, commune de Ratoma. Le sieur et sa bande, tous munis des armes de guerre étaient en train de dévaliser des boutiques.

 

L’incident a eu lieu à 3 heures du matin. Alerté, l’escadron 18 de Cosa est intervenu. Voyant les gendarmes arriver, les malfrats ouvrent le feu. Les échanges de tirs s’engagent entre les deux parties et durent une demi-heure.

 

Touché à l’épaule, Camara succombe tandis que ses compagnons disparaissent dans la nuit sans rien emporter selon le haut commandement de la gendarmerie nationale par la voix de son porte-parole, Cdt Alpha Oumar Barry.

 

Le matin on découvre sur place outre le corps du présumé bandit, une Peugeot 505 de couleur blanche, immatriculée RC 3468 L, un téléviseur, un frigo, un fusil PMAK, un burin, un chargeur ont été retrouvés sur place.

 

Selon les papiers, le véhicule appartient à une dame du nom de F. Savané. Le téléphone de Camara crépitait déjà le matin à la présence des enquêteurs. C’est sa compagne qui l’appelait sans cesse. Un passant qui affirme connaitre la propriétaire de la Peugeot a été embarqué.

 

Au paravent toujours dans la nuit d’hier la même bande avait attaqué des boutiques à Enco 5.

 

Selon le  Cdt Barry, l’arme retrouvée avec les assaillants n’est pas de la dotation de l’armée guinéenne. Et Mohamed Camara portait une chemise verte pour donner l’impression qu’il était de l’armée.

 

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 18:40

deraillement.jpgUn train minéralier de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBK) a déraillé dans la nuit du jeudi à vendredi, dans la localité de Dubréka, sans faire de victime, selon une source proche du département guinéen des Mines.

 

Le train minéralier se dirigeait vers le port de Conakry, en provenance de Débélé, site minéralier situé à environ 150 kilomètres de Conakry, avec sa cargaison de bauxite, quand est survenu le déraillement.

 

Ce sont 22 wagons qui se sont détachés du train suite à cet accident de train, sans pour autant affecté les têtes de la locomotive, selon notre source.

 

La Compagnie des bauxites de Kindia (CBK) dont la gestion a été confiée au géant minier Rusal exploite la mine de Débélé depuis une dizaine d'années.

 

La découverte récente d'une nouvelle mine dans la localité de Balaya pourrait permettre le prolongement du fonctionnement de la CBK, pendant au moins 8 ans, vu que les réserves de Débélé, elles seraient en épuisement, selon des sources officielles.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 03:59

kanan.jpgUn conflit intercommunautaire survenu jeudi a fait un mort et 18 blessés graves dont des femmes, dans la région administrative de Kankan, située à plus de 700 km de la capitale guinéenne, a annoncé la radio nationale guinéenne.

 

Selon les informations en provenance de la région, le conflit a opposé les populations de Makonon et de Ourenbayah suite à une incompréhension pour la gestion d'une mare (endroit mystique et culturel) située entre les deux localités.

 

Cette situation avait fini par créer une atmosphère de suspicion et de mépris entre les habitants des deux villages et aurait provoqué une dégradation du climat de paix et de quiétude sociale.

 

En réaction contre cette attitude peu favorable à la cohésion sociale et à l'unité nationale, les autorités préfectorales ont procedé à la fermeture de toutes les marres de la région jusqu'au retour du calme.

 

Des agents de sécurité ont été déployés en nombre important dans les villages concernés par le conflit intercommunautaire, afin d'éviter d'éventuel accrochage qui pourrait advenir entre les populations de Makonon et de Ourenbayah.

 

Une enquête a été ouverte afin d'identifier les commanditaires dudit conflit et situer ainsi les responsabilités des uns et des autres, assorties de sanctions.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 13:59

immeuble effondre (2)Un immeuble de 6 étages s'est effondré mardi soir dans un quartier de la banlieue de Capitale guinéenne avec trois ouvriers, non encore retirés des décombres, ont annoncé les médias locaux.

 

Le président guinéen Alpha condé s'est rendu mercredi sur le site de l'accident avec certain membre du gouvernement, pour constater l'ampleur des dégâts humains et maternels causés et demander à ce que la lumière soit faite sur les causes de l'accident.


Le chef de l'Etat a demandé l'arrestation des premiers responsables concernés, à savoir le propriétaire de l'immeuble, l'ingénieur de bâtiment et l'architecte, ayant conçu le plan de l'édifice.


Selon certains commentaires, l'une des causes irréfutables de l'effondrement de l'immeuble serait due surtout au non respect des normes de constructions, à la mauvaise qualité des matériaux de constructions, etc.


Aux dernières nouvelles, une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités, à tous les niveaux, dans l'effondrement tragique de l'immeuble, en phase de construction.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 13:31

Le nouveau président de la Confédération nationale des travailleurs de Gunée (CNTG), Amadou Diallo a été victime d'une attaque armée la nuit dernière. Il était environ 1 heure du matin quand des hommes armés ont fait irruption à son domicile, sis à Yattaya, commune de Ratoma et ont procédé à des tirs. Ses gardes ayant ripostés, le leader syndical a eu le temps de prendre la fuite en escaladant le mur de sa cour. Une opération qui lui a permis de sauver sa vie. Mais il s'en est sorti avec des blessures. 

Et, il s'est  fait hospitalisé à la clinique Ambroise Parée de Camayenne, dans la commune de Dixinn. Aux dernières nouvelles, Amadou Diallo a rejoint son domicile. Ses camarades et sa famille sont sous le choc.

Rappelons que présentement existe une confusion totale au sein de la première centrale syndicale du pays. Au dernier congrés électif de la CNTG, Amadou Diallo a été élu par 123 délégués membres sur 125. Mais deux jours plus tard, des dissidents ont élu Yamoussa Touré comme secrétaire général. Depuis lors c'est la guerre des ondres entre les deux parties. L'aile de Amadou Diallo utilise les medias privés pour s'exprimer et dénoncer les agissements du gouvernement pour imposer celui du camp adverse, tandis que celle de Yamoussa Touré bénéficie un fort appui des médias d'Etat. 

C'est dans ce contexte qu'intervient cette attaque. Pour le moment, il est à élucider l'origine de cette attaque. Surtout qu'en Guinée, en dépit des tintamarres du gouvernement et de ses services de sécurité, les bandits et autres malfaiteurs dictent leur loi et règlent des comptes. De sorte que nul n'est à l'abris du banditisme et de la criminalité.

Zeynab Touré

Le Jour partenaire de BanabanaNews

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 14:30

oye.jpgLe domicile du ministre des NTIC, Oyé Guilavogui, sis à Sangoya, Commune de Matoto, a été attaqué la semaine dernière par des hommes armés. Les malfrats ont usé des armes à feu pour faire leur attaque alors que le ministre était chez lui. Comme Conakry est plongée dans l’obscurité chaque nuit, c’est l’occasion rêvée par les bandits pour s’attaquer aux citoyens, notamment les nantis. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal. Mais une chose est claire. Aucun Guinéen n’est à l’abris du diktat des bandits pour la plupart des cas portants des uniformes pour exécuter leur sale besogne. Car, le 19 juillet c’est la résidence privée du chef de l’Etat qui a été attaquée par des militaires.

 

Avant lui, le domicile du ministre d’Etat aux Travaux publics et au Transport, Bah Ousmane, sis à Kipé, commune de Ratoma, avait été attaqué par des hommes armés. Heureusement, sa garde rapprochée avait pu résister et repousser les assaillants.

 

Régulièrement, des citoyens sont agressés à leurs domiciles, violentés, spoliés de leurs biens et parfois tués. D’autres sont brigandés en pleine circulation et leurs véhicules retirés. Et toujours on parle des hommes en uniformes et armés. Cette situation ne favorise pas la venue des investisseurs étrangers à l’heure où la Guinée veut s’ouvrir au monde extérieur et attirer les capitaux extérieurs. 

 

Mariame Bah

 

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 11:12

suicide_01.jpgUn homme a tenté de se suicider au pont Kaka, dans la préfecture de Coyah ce week end. Son nom: Diallo Mamadou, marié et domicilié au Quartier Soloprimo, Commune de Ratoma.

 

Sur les circonstences du drame, une source proche de sa famille nous apprend que Diallo a quitté Conakry en prenant un taxi pour l'intérieur du pays. Arrivé au niveau du pont Kaka, il demande au chauffeur de sarreter sous pretexte qu'il voudrait se mettre à l'aise. Une fois avoir satisfait son besoin, il s'adresse au chauffeur et aux autres passagers en ces termes: "Ce n'est pas la peine de m'attendre. Vous pouvez partir." Le temps pour le taximan de descendre pour lui demander ce qui ne va pas, Diallo arrêté sur le pont, saute dans le vide. Les occupants du véhicule descendent à leur tour pour vérifier.

 

Il n'est pas mort mais grièvement blessé. Transporté à l'hôpital préfectoral de Coyah, il y reçoit les premiers soins d'urgence, après avoir transité par le poste de la gendarmerie départementale.  Puis, à bord d'un véhicule de Croix Rouge, il est évacué sur Conakry. Actuellement, il est hospitalisé au CHU de Donka.

 

Selon sa famille, Mamadou Diallo est au bord d'une dépression mentale. Selon la meme source, il a été récemment rapatrié de l'Europe.

Rokia Bayo

LJ partenaire de BBN

 
Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 11:03

pita_hameau.jpgRécemment un jeune homme âgé de 18 ans a été assassiné à Bantighel, une localité située à 15 km de la ville de Pita.  La victime du nom de Thierno Souleymane Diallo, a été poignardée par un inconnu. Le drame a eu lieu à quelques mètres de la boite de nuit de Bantighel centre aux environs de 2 heures du matin.

 

Selon les explications de ses amis avec lesquels il était sorti cette nuit, la scène s’est produite alors que Thierno Souleymane était entrain de manipuler son téléphone portable. C’est à ce moment que surgit l'assassin armé d’un couteau l’a pourchassé, avant de lui asséner un violent coup de couteau au niveau du flanc gauche.

 

Issa Djouldé, la mère de la victime nous rapporte sa version de fait. Elle déclare que son fils a passé la journée au travail. Dans la soirée, le voici de retour à la maison. Profitant de l'absence de son père et de sa mère, il a pris d'autres habits propres et est sorti sans demander la permission. Sachant qu'on ne lui aurait pas donné l'autorisation de sortir. Il est parti avec deux de ses amis pour danser.

 

C’est sur le chemin du retour, selon le témoignage rapporté par ces derniers, que Thierno Souleymane a rencontré son assassin. "Ses amis ont pris la fuite alors que mon fils était sur son vélo, il n’a pu aller loin", déclare sa mère. Selon toujours l’explication de ses amis, Thierno Souleymane avait demandé à l’assassin de prendre son téléphone au lieu de le tuer. Et c’est après cette conversation que le tueur l’a poignardé au niveau du flanc gauche.

 

Informés de la situation, les agents de la gendarmerie préfectorale se sont rendu sur les lieux pour faire le constat. Un jeune homme du nom de Amadou Sadjo Sow avec qui il partageait une petite amie a été arrêté et détenu pendant des jours à la maison centrale de Pita. Il sera relâché faute de preuves. Selon les services de sécurité, les enquêtes continuent pour retrouver l'assassin.

 

Aminata Bah

Evoyée spéciale à Pita pour LJ partenaire de BBN

 


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 09:25

kerouane1.jpgHier Lundi, 23 Mai 2011, une manifestation de collégiens a sécoué la ville de Kérouané, située à plus de 1000 km à l'Est de Conakry. Des élèves en furie ont quitté leur établissement et envahi les rues. Leur cible, les domiciles des autorités préfectorales et les locaux de la gendarmerie départementale. 


Le bilan s'est soldé par un mort, le commandant de la gendarmerie, des blessés et des dégâts matériels importants suivis des arrestations.


Le retrait d'un certain nombre d'élèves de la liste de candidats au brevet d'études du premier cycle (Bepc) serait la cause de cette manifestation. Ces élèves seraient d'un niveau très bas de sorte qu'ils ne savent pas écrire.

 

 LJ partenaire de  BBN

 

 

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 17:28

incendie_bureau.jpgEmoi à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Le vendredi 29 avril dernier, un incendie s’est déclaré dans le bureau du doyen de la faculté de médecine. Un groupe de quatre étudiants suspectés par la police qui vient d’ouvrir une enquête.

 

Tout a commencé aux environs de 12h30mn alors que le professeur Mamadou Bobo Diallo, Doyen de la Faculté de médecine et chef du service Urologie du CHU Ignace Deen, sortait de son bureau pour aller à la prière du vendredi. Il trouve quatre étudiants assis au fond du couloir de son bureau. Le doyen Bobo, ainsi qu’on l’appelle, les aperçoit et leur demande ce qu’ils désiraient. Ils répondent : « Nous voulons vous rencontrer ». Le doyen demande à nouveau : « Pouvez-vous attendre demain puisque je vais à la prière ? Vous, vous êtes jeunes, mais moi qui suis du troisième âge, ma vie tendant vers la fin, je ne peux pas me permettre de rater mes prières surtout un vendredi. »

 

Les étudiants haussent la tête, puis rétorque : « Ok, mais nous avons une commission pour vous. » Le Pr. Bobo leur dit : « D’accord, alors et descendons. Pendant ce temps, vous pourrez me dire la commission pour ne pas que je sois en retard à la prière.» Ils acceptent de descendre en sa compagnie. Avant de terminer les escaliers, un d’entre eux dit au doyen, que ses amis et lui préfèrent revenir samedi matin pour lui faire la commission. Ils se séparent, le doyen continue son chemin pour la prière.

 

A sa grande surprise, pendant qu’il revenait de la prière, le doyen Bobo voit un camion de sapeurs pompiers se diriger vers l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Et quelques minutes après, on lui fait comprendre que son bureau a pris feux. Il n’en croyait pas. C’est seulement lorsqu’il arriva sur les lieux, il s’est rendu à l’évidence des faits.

 

Les dégâts matériels sont importants. Le salon de son bureau, son ordinateur, l’imprimante qui sert à fabriquer les diplômes des étudiants à la fin de leurs études, les documents qui servaient d’archives et tant d’autres.

 

La police arrive sur les lieux. Ils mettent la main sur un sac abandonné là où les étudiants étaient assis lorsque le doyen fermait son bureau pour sortir. Dans le sac, ils trouvent une carte d’étudiant, un bon de commande de carnet médical et d’autres effets. Ils ont appelé ça « pièces à conviction » devant leur permettre de poursuivre les enquêtes.

 

Lorsque nous nous sommes rendu au lieu de l’incendie, ce lundi 2 mai 2011, nous avons les choses telles quelles. Nous avons donc pu rencontrer le professeur Mamadou Bobo Diallo qui nous a confié sa version des faits.

 

A la question de savoir ce que l’inspire cet acte posé apparemment par ses étudiants, le professeur a déclaré : « C’est toujours des problèmes de passage en classe supérieure. Mais le vrai problème se situe au niveau de la pléthore d’effectif. Lorsque j’ai pris fonction en décembre 2009 comme doyen de cette Faculté, j’ai trouvé plus de 400 à 500 dossiers qui nécessitaient une régularisation. Et en Guinée, il suffit d’avoir un parent responsable ou payer de l’argent pour être inscrit dans une université sans obtenir une attestation de baccalauréat. A ce niveau nous sommes donc tous responsables : parents et professeurs d’université. Aussi, il y avait des étudiants de médecine qui étaient en 6ème année, mais qui n’avaient jamais suivi un stage dans un hôpital. Or, ce fait est anormal. Les stages font partie de la formation de l’étudiant. Alors, j’ai fait des propositions notamment, les stages à partir de la 3ème année qu’on appelle Synthèse clinique. La seconde proposition était que tous ceux qui ont la moyenne passent en classe supérieure. »

 

Selon le doyen Bobo, ses propositions ont été rejetées. Des étudiants se retrouvent avec des dettes, c’est-à-dire, il y a des étudiants qui n’ont la moyenne que sur 8 matières et les autres deviennent des dettes académiques. Là également, deux options ont été envisagées pour les étudiants.

 

« La première option, explique Pr Diallo, est que l’étudiant qui n’a pas eu la moyenne dans toutes les matières redouble la classe et reprend à zéro les matières pour l’année suivante. La deuxième option est que l’étudiant passe en classe supérieure, mais il est obligé de se rattraper en composant après dans les matières où il n’a pas eu la moyenne, d’où ce que j’ai appelé la capitalisation des notes ».

 

Pour lutter contre les moyennes sexuellement transmissibles (MST) ou financièrement transmissibles (MFT), Pr Bobo avait mis en place un système disciplinaire à l’effet de changer les pratiques qu’il considère comme abjects.

 

« Dès ma prise de fonction, confirme-t-il dans un air de regret, j’ai voulu que les gens soient disciplinés. J’ai demandé aux professeurs qu’on nous dépose les copies d’évaluation avant la correction. On met les copies sous anonymat et on donne aux différents professeurs pour la correction. Et après correction, ils nous ramènent les copies, nous remettons les noms et nous les enregistrons dans notre banque de données pour d’éventuelles revendications des étudiants, pour des vérifications ou des comparaisons. Ce système a permis de mettre fin avec succès aux MST ou aux MFT. Mais, j’ai constaté que mes dispositions ne sont pas approuvées par beaucoup de gens. Du coup, j’ai commencé à avoir des ennuis. »

 

A la Fac de médecine, on dénombre une population de 4.000 étudiants de la 3è jusqu’en 6è année. Les étudiant de la 1ère et ceux de la 2ème année sont orientés dans les universités de Kankan et de N’Zérékoré. Ce n’est qu’après ces deux années qu’ils viennent à Conakry pour continuer leur formation.

 

Cette année, le Professeur Bobo se réjouit d’avoir enregistré un succès avec la 4ème année où il a noté « 1.000 admis sur un effectif de 1.400 étudiants ».

 

Conscient du danger qui se dresse devant ses reformes, dans un endroit où il ne se sent plus en en sécurité, le Professeur Diallo jure que sans l’application des principes de rigueur, sans l’observation de la discipline par les étudiants et les professeurs, il sera difficile de rehausser le niveau de la formation des futurs médecins guinéens.

 

Marc Sarah

 

LJ partenaire de BBN

 


Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Faits divers
commenter cet article