Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 16:45

logo hrwDr-Mamadou-Aliou-Barry.jpgEn réponse aux récents événements en Guinée, Human Rights Watch a émis le communiqué de presse demandant aux gouvernement guinéen de "mettre fin à l’usage excessif de la force alors que la tension monte à l’approche du second tour des élections".

 

(Dakar, le 26 octobre 2010) – Les autorités guinéennes devraient mener une enquête sur l’agression commise le 23 octobre 2010 contre le Dr Mamadou Aliou Barry, un éminent défenseur des droits humains, sanctionner les membres des forces de sécurités responsables et engager des poursuites à leur encontre, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Barry se trouvait parmi les dizaines de personnes qui ont été semble-t-il sévèrement battues ce jour-là par des membres des forces de sécurité, dans un climat de tensions ethniques et politiques accrues suite au report du second tour de scrutin de l’élection présidentielle.

 

Barry, président de l’Observatoire national de la démocratie et des droits de l’homme (ONDH), une institution nationale indépendante, a fréquemment et publiquement dénoncé les actes de criminalité et l’usage excessif de la force de la part des membres des services de sécurité. Il a été agressé alors qu’il tentait d’empêcher des membres des forces de sécurité de s’en prendre à un groupe de jeunes dans le quartier de Hamdalaye.

 

« Les forces de sécurité guinéennes doivent tenir leurs promesses récentes d’insuffler davantage de discipline dans leurs rangs », a déclaré Corinne Dufka, chercheuse senior sur l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch. « Veiller à ce que les auteurs de l’agression contre le Dr Barry, entre autres, rendent compte de leurs actes serait un bon point de départ. »

 

Dans un entretien téléphonique avec Human Rights Watch depuis son lit d’hôpital à Conakry, Barry a expliqué qu’il était arrivé au rond-point de Hamdalaye, un quartier fortement peuplé de Conakry, vers 13h30 le 23 octobre, pour enquêter sur des attaques contre des habitants de ce quartier. Il a vu des hommes qu’il croyait être des gendarmes et des membres de la garde présidentielle frapper des habitants et saccager des maisons et des magasins.

 

Après avoir essayé d’intervenir en faveur de quelques jeunes hommes alors qu’ils étaient soumis à un violent passage à tabac, il a lui-même été attaqué par les agresseurs qui l’ont frappé, arrêté et détenu dans l’une de cinq camionnettes « pick-up » avec environ 75 autres hommes. Au cours de l’opération, il a vu les forces de sécurité tirer sur deux jeunes qui avaient sauté hors des camions et tentaient de s’enfuir. Il a vu plus tard ces deux derniers allongés à terre, mais n’a pas pu dire s’ils étaient morts.

 

Les personnes arrêtées, dont Barry, ont été à nouveau rouées de coups après leur arrivée à un poste local de gendarmerie. Il a été relâché environ une heure plus tard, après qu’un officier de gendarmerie l’a reconnu. Il avait un bras fracturé et de multiples contusions, et il a indiqué que son téléphone portable, ainsi que ceux de nombreux autres détenus, avait été volé par des agents des forces de sécurité. Des agents de l’État interrogés par Human Rights Watch ont déclaré que de nombreux autres hommes arrêtés en même temps sont toujours en détention.

 

Barry a ajouté que les forces de sécurité avaient apparemment choisi de s’en prendre à lui et aux autres personnes arrêtées et maltraitées en raison de leur appartenance à l’ethnie peule. Il a indiqué que les soldats disaient explicitement aux hommes : « Vous, les Peuls, on ne vous laissera pas voter. Nous allons vous arrêter et vous garder ici … vous ne serez pas au pouvoir, nous allons vous écraser. »

 

Le premier tour de l’élection présidentielle en Guinée s’est déroulé en juin dans un calme relatif, mais les tensions n’ont cessé de s’exacerber dans un contexte d’allégations de fraude contre les membres des commissions électorales et deux reports du second tour. L’attaque contre Barry et les autres s’est produite au cours d’une semaine de violents affrontements à Conakry entre membres des deux partis qui s’apprêtent à participer au second tour de scrutin, d’agressions à caractère ethnique contre les citoyens des différentes communautés et d’incidents d’usage excessif de la force par des forces de sécurité. Les membres des deux groupes ethniques les plus représentés en Guinée – les Peuls et les Malinkés – ont largement soutenu le candidat qui représente leur groupe ethnique : Cellou Dalein Diallo, un Peul, et Alpha Condé, un Malinké. Très rares sont les Peuls membres des services de sécurité.

 

Au cours de certains des incidents, les manifestants ont érigé des barricades, brûlé des pneus et lancé des pierres sur les membres des forces de sécurité, en blessant certains. La mission du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a signalé qu’au moins une personne avait été tuée et 62 blessées par les forces de sécurité, dans ce qu’elle a qualifié d’usage excessif de la force dans leurs affrontements avec les manifestants.

 

Human Rights Watch a également appelé les forces de sécurité guinéennes à se conformer aux Principes de base des Nations Unies sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois pour disperser les manifestations. Ces principes exigent que les forces de l’ordre, dans l’accomplissement de leurs fonctions, utilisent des moyens non violents dans la mesure du possible avant de recourir à la force. Lorsque l’usage légitime de la force est inévitable, les agents des forces de l’ordre doivent faire preuve de retenue, minimiser à tout moment les dommages et les blessures, et respecter et préserver la vie humaine.

 

Les Principes de l’ONU stipulent que les forces de l’ordre doivent veiller à ce que les officiers supérieurs soient tenus pour responsables s’ils ont connaissance, ou auraient dû savoir, que les agents des forces de l’ordre sous leur commandement ont eu recours à un usage illégitime de la force et des armes à feu, et s’ils n’ont pas pris toutes les mesures en leur pouvoir pour prévenir, réprimer ou signaler cet usage.

 

Pour consulter d’autres recherches de Human Rights Watch sur la Guinée, veuillez suivre le lien :

http://www.hrw.org/fr/africa/guinea

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

À Dakar, Corinne Dufka (anglais, français, espagnol) : +221-33-820-6125 ; ou +221-77-783-3131 (portable)

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 11:35

L’association Pottal Fii Bhantal Fouta Djallon suit avec consternation les récentes agressions contre les ressortissants du Fouta en Haute Guinée et les violences et viols perpétrés par les forces de l’ordre contre les populations dans les quartiers de Conakry à prédominance peulhs.

 




Le climat délétère des rumeurs fantaisistes qui insinuent que des citoyens peulhs sont derrière les intoxications alimentaires des militants de l’Arc En Ciel à Conakry s’est traduit par des attaques contre les peulhs dans les régions de la Haute Guinée, des agressions contre des militants des droits de l’homme et des hommes politiques tels que le colonel Aliou Barry de l’ONDH et Mr. Oury Bah, vice-président de l’UFGD. Pottal Fii Bhantal condamne avec la dernière énergie ses actes barbares et exige que les acteurs et commanditaires de ses crimes soient arrêtés et traduit en justice.


Notre association rappel au gouvernement que ces crimes engagent directement sa responsabilité. La non-protection des minorités ethniques vivant dans les différentes régions de la Guinée et particulièrement dans les zones de Siguiri, Kankan et Kouroussa où ses violences ont été perpétrées contre les communautés peuhles est une complicité pour crimes contre l’humanité.


Pottal Fii Bhantal interpelle directement le Général Sékouba Konaté et le Premier ministre Jean Marie Doré pour qu’ils donnent des explications sur leur indifférence coupable qui perpétue la culture d’impunité dans les forces armées et dans l’administration. Face à la faillite de l’état dans la protection civile, Pottal Fii Bhantal rappel aux ressortissants du Fouta-Djalon, qu’ils ont le droit de s’organiser en forces de riposte et d’auto-défense pour protéger leurs familles et leurs biens contre ces agressions organisées.


L’agression du colonel <stong>Aliou Barry</stong> de l’ONDH est d’autant plus révoltante que cet officier de carrière s’est spécialisé dans la résolution pacifique des conflits en Afrique où il jouit d’un respect notable. La participation de la garde rapprochée du général président Konaté dans ces actes barbares met la responsabilité entre les mains du Général Konaté duquel nous exigeons la poursuite, la traduction en justice des coupables.


Les violations à caractère ethniques qui ciblent les ressortissants du Fouta ne sont qu’une répétition des crimes commis contre cette même communauté le 28 septembre 2009 et les jours qui suivirent. Ces crimes inspirés cette fois-ci par le premier ministre de la transition Jean Marie Doré sont une conséquence directe de l’impunité dont jouissent les forces de l’ordre. Nous en appelons à la communauté internationale et à la Cour Pénale Internationale pour que ces actes soient considérés comme des crimes contre l’humanité dont les deux dirigeants devront répondre.


Pottal Fii Bhantal salue l’appel de la Coordination du Fouta invitant les populations de cette région à ne pas entreprendre des attaques de représailles contre les ressortissants malinkés vivant parmi eux au Fouta-Djalon.

Pottal Fii Bhantal lance un appel ardent à la CEDEAO, à l’Union Africaine, et aux Nations Unies pour l’envoi en Guinée :


1) d’un représentant permanent des Nations Unies pour superviser et conduire la transition jusqu'à l’installation d’une Assemblée Nationale souveraine


2) d’une mission militaire pour superviser et encadrer les forces de sécurités de la Guinée jusqu'à la finalisation de la refonte des forces armées


Pottal Fii Bhantal invite le peuple de Guinée à resserrer les rangs pour combattre les forces rétrogrades qui veulent maintenir le climat de division et de régression dans notre pays. Sans une opposition crédible, il n’y a pas de démocratie. La tradition établie par des groupes de noyauter l’état à leur profit a conduit aux régimes fascistes et répressifs dont nos populations croyaient se défaire grâce a des élections crédibles. Nous en appelons à toutes les forces démocratiques africaines et internationales pour maintenir la pression afin de garantir la continuité de la transition vers un régime démocratique, garanti de paix et de stabilité dans le pays.


La Commission de Coordination Centrale

Pottal Fii Bhantal

Washington, DC

pottalfiibhantal@yahoo.fr

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 22:41

USAmis_democratie_02.jpg

Dans le cadre de la poursuite de ses activités sur le système de communication électorale, « Alliance Guinea », en collaboration avec l’Ambassade des Etats-Unis, le Conseil national des Organisations de la société civile guinéenne (Cnoscg), et avec l’appui des opérateurs de téléphonie mobile en Guinée, organise une conférence de presse le Mercredi 20 Octobre 2010 à 10 heures à la Maison de la Presse sise à Coléah. 

 

Le système GV10 témoin servira d’instrument pour le suivi des incidents liés aux élections, comme la violence, les menaces de violence, et la fraude électorale. Les observateurs peuvent utiliser leurs téléphones cellulaires ou les ordinateurs pour envoyer des messages via SMS, email, et Twitter dans la plateforme GV10 témoin. Les messages seront ensuite affichés sur le site www.GV10Temoin.org sur une carte de la Guinée, organisée par lieu de l'incident et le type d'incident ou de rapport.

 

L’information rapportée au système GV10 témoin sera utilisé pour stimuler le journalisme d'investigation, informer et susciter le dialogue autour des élections à la fois dans le pays et à travers le monde, et accroître la couverture médiatique internationale de cette transition historique et critique. En outre, le système sera un outil important à la disposition des administrateurs électoraux et travailleurs en charge de la sécurisation des élections en Guinée pour partager l'information et répondre rapidement à tous les rapports de malversation et de violence.

 

Ambassade des Etats-Unis en Guinée

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 11:39

Les États-Unis et la France, à l’instar de la position ferme exprimée par l'Union Africaine et la CEDEAO, ont été préoccupés par le report intempestif enregistré dans la tenue du second tour de l’élection présidentielle en Guinée. L’élection doit se tenir le 24 Octobre sans aucune possibilité de report qui pourrait permettre aux forces anti-démocratiques de contrecarrer cette transition historique. Le monde entier a les yeux tournés vers cet événement historique en Guinée.

 

Toute la classe politique guinéenne, et particulièrement les deux candidats et les membres du gouvernement d’union nationale de transition doivent placer les intérêts de la Nation au dessus de toute autre considération.

 

Nous exhortons les candidats à la présidentielle, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, à agir de façon responsable, de contenir leurs militants et de prévenir la provocation ou tout autre acte d’harcèlement qui pourrait inciter à la violence, conformément aux principes des accords de Ouagadougou.

 

Pendant ce temps, les autorités de la transition et les cadres de la commission électorale doivent, de leur côté, demeurer neutres dans la conduite du processus électoral en agissant en tant qu’acteurs non-partisans. Nous saluons les efforts continus de Sékouba Konaté dans l’accomplissement de ce processus électoral en vue de la démocratisation du pays. Les Guinéens veulent et méritent ce moment crucial de leur histoire. Il est temps que les aspirations démocratiques de la Guinée, aspirations qui ont été bafouées pendant plus de 50 ans, deviennent une réalité.

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 10:10

tibou_konate1.jpgExclusivité avec le Général Sekouba Konate en compagnie du ministre d’Etat de la présidence  M. Tibou Kamara ce samedi 09 octobre, 2010 Columbus, Ohio. USA. Le débat s’accentuera sur l’organisation du deuxième tour présidentiel en République de Guinée prévue le 24 octobre, 2010 et surtout les difficultés au sein de la commission électorale nationale et indépendante (CENI).

 

Vous voulez poser des questions en direct au président intérimaire de la République ou le tout nouveau puissant ministre d’Etat á la présidence de la République sur la transition en Guinée, connectez-vous avec Guineeview ce samedi 09 octobre, 2010 de 13 heures  á 16 heures (heure de New York).

 

Pour participer, veuillez composer 712 432 0075, puis le code 806079#.

 

Pour plus d’information, vous pouvez contacter l’équipe de Guineeview.com sur Info@guineeview.com

 

Talibé Bah
+1 - 614-805-6535

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 11:45

Vous avez dû apprendre par une certaine presse de la place, des informations sur un prétendu remplacement du Président de la CENI par M. Lounsény Camara, actuellement Chef du département Finances de la CENI.

La CENI informe à cet égard que Hadja Aminata Mame Camara, vice-présidente et présidente par intérim, reste aux commandes de la CENI jusqu’au retour de M. Ben Sékou Sylla titulaire du poste.

Les avocats de la CENI ont fait appel de la parodie du jugement du Tribunal de Conakry II. En attendant la réaction de cette instance sur ce fameux verdict, M. Ben Sékou Sylla et M. Boubacar Diallo continuent de travailler pour l’institution dans les règles de l’art et dans la stricte neutralité.


Thierno Seydou Bayo

Chef du DISC

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 05:34

Une session extraordinaire de conseil des ministres s’est tenue ce jour 12 septembre 2010 entre 17heures 15 à 18 heures 30 sous la présidence de Monsieur Jean Marie Doré, premier ministre, chef du Gouvernement d’union nationale de transition. 

Cette session qui était élargie pour la circonstance au commandant adjoint représentant le Commandant de la Force Spéciale de la Sécurisation du Processus Electoral, FOSSEPEL, représentant le Commandant avait pour unique point de l’ordre du jour, l’analyse de la situation politique nationale en rapport avec les graves incidents qui ont émaillé la campagne électorale entre le samedi 11 et dimanche 12 septembre 2010.

Monsieur le premier ministre, après avoir rappelé les enjeux considérables du processus électoral qui doit aboutir à l’élection d’un président de la République dont la légitimité ne serait ni contestée ni contestable a mis un accent particulier sur le rôle primordial de l’Etat. Et particulièrement sur l’obligation constitutionnelle du gouvernement d’assurer impérativement le maintien de l’ordre public et la protection des citoyens et de leurs biens.

Monsieur le ministre d’Etat chargé de la sécurité et de la protection civile a présenté le bilan des deux jours d’échauffourées qui ont mis aux prises les militants et sympathisants des deux candidats en lice pour le second tour de l’élection présidentielle du 19 septembre prochain.

Les membres du conseil ont tous déploré l’importance des victimes et des dégâts matériels enregistrés.

Ils ont manifesté leurs inquiétudes devant la gravité de la situation et devant la montée de l’intolérance ainsi que de la montée du communautarisme qui affectent de plus en plus le débat politique national.

Devant les dangers de rupture du tissu social, et face aux risques élevés de dégradation de la situation sécuritaire qui est déjà précarisée par les tentions politiques nées de la campagne électorale, le conseil a estimé que l’Etat ne peut rester sans réagir vigoureusement aux risques d’être accusé de trahir sa mission essentielle.

Le conseil a été informé par Monsieur le Premier ministre des nombreux appels reçus des notabilités originaires de toutes les régions du pays ; réclamant la suspension pure et simple de la campagne électorale en raison des violences verbales et physiques qui l’affectent depuis quelques jours.

Le conseil a également réitéré la ferme volonté du gouvernement de préserver coûte que coûte la paix civile et de préserver à tout prix la cohésion sociale.

Après un échange fructueux entre ses membres, le conseil a examiné les différentes solutions envisageables pour apaiser immédiatement et durablement la vie sociale et politique du pays.

Aux termes des discussions et des débats responsables qui ont suivi, et aux vues des évènements qui ont enregistré un (1) mort et plus de cinquante (50) blessés ainsi que des dégâts matériels importants, le conseil a décidé à l’unanimité de ses membres de prendre les décisions suivantes qui entre immédiatement en vigueur :

1-     La campagne électorale au titre du second tour de l’élection présidentielle est provisoirement suspendue en attendant la rencontre prévue demain lundi, 13 septembre entre le Gouvernement et les deux (2) candidats qui ont déjà marqué leurs accords pour cette concertation.

2-     Tous les individus pris en flagrant délis de violence sur les personnes et de destruction de biens publics et privés seront traduits devant la justice et subiront sans discrimination la rigueur de la loi.

3-     Tous ceux qui, pour une raison quelconque violeraient l’interdiction de manifester durant cette période de suspension de la campagne électorale feront l’objet de traduction devant les tribunaux compétents de la République.

Le conseil saisit cette douloureuse circonstance pour lancer à tout le peuple de Guinée et particulièrement aux acteurs politiques, un appel  solennel à la retenue, à la solidarité et à l’unité nationale  qui constituent les gages d’un devenir meilleur de la nation guinéenne à l’instar de tous les peuples du monde à un droit imprescriptible au bonheur et à la paix.

Cette session extraordinaire du conseil des ministres a pris fin à 18heures 30mn.

Le Conseil des ministres.

Le ministre de la Communication

Porte parole du Gouvernement de transition

Aboubacar Sylla

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 08:07

L'Alliance Arc-en-Ciel considère que la réussite de l'organisation d'une élection apaisée dépend de la prise en compte sans délai d'un minimum de recommandations notamment :

 

1- L'achèvement du redécoupage électoral et l'affichage dans le délai requis de la liste électorale devant les différents bureaux et la publication du fichier général des électeurs sur Internet conformément au code électoral restent une exigence pour la bonne tenue du scrutin du 19 Septembre. Les nouveaux bureaux de vote créés et/ ou aménagés par consensus doivent être effectifs, leurs listes d'électeurs et d'émargement doivent être produites et rendues disponibles sur le terrain. Tout retard à ce niveau mettrait en péril la tenue du scrutin du deuxième tour à date. A 12 jours des élections, la liste électorale n'est pas encore disponible.

 

2- 2- Compte tenue des suspicions de manipulation du dispositif informatique, l'Alliance Arc en Ciel exige le comptage manuel tel que prévu par l'article 162 du code électoral. Ce point a été discuté et approuvé par le Médiateur à l'issue de la rencontre tenue à Ouagadougou le 3 septembre 2010.

 

3- 3- La centralisation par circonscription électorale en présence des représentants de la CENI , de l'administration et des deux candidats demeure la seule alternative pour une élection juste, transparente et crédible.

 

4- L'Alliance estime que les personnalités occupant les postes de vices présidents, à savoir Monsieur Amadou Oury Baldé et Madame Diaby Hadja Mame Camara ne peuvent assumer la présidence de la CENI en raison du fait que Monsieur Amadou Oury Baldé est membre de l'UPR, parti politique membre de l'Alliance Arc en Ciel et Madame Diaby Hadja Mame Camara est membre du PUP, parti allié à l'UFDG. La garantie de la neutralité de la CENI exige que cette institution soit présidée par un représentant de la société civile

 

5- Tous les points précités dont la prise en compte est indispensable pour la réussite d'une élection apaisée feront l'objet d'une communication à la haute attention de Monsieur le Président de la Transition et du Médiateur dans la crise guinéenne.

 

6- En outre, l'Alliance attache un prix particulier à la sanction administrative à l'encontre des membres de la CENI pris en flagrant délit de dissimulation frauduleuse des PV des cinq circonscriptions électorales dont les résultats ont été annulés par la cour suprême. De même, l'Alliance, dans un esprit d'équité demande à la justice de donner une suite immédiate à la poursuite engagée contre les membres de la CENI pris en flagrant délit notamment Elhadj Aboubacar DIALLO. L'Alliance dénonce la présence continue de ces personnes disqualifiées par cette action répréhensible dans les activités de la CENI. Ceci augure de nouvelles manipulations préjudiciables à la transparence du scrutin du 19 septembre 2010.

 

7- L'Alliance estime qu'un bilan exécutif doit être dressé des vingt sept recommandations portant amélioration du processus ; recommandations consensuelles issues d'une réunion de la cellule technique d'action, de suivi et d'évaluation de la CENI en présence des représentants des deux candidats, les 5, 7 et 9 Août 2010.

 

8- L'Alliance Arc en Ciel dénonce les manœuvres de la CENI tendant à ne pas prendre les mesures correctives consensuelles, compromettant ainsi dangereusement le calendrier électoral.

 

 

Conakry, le 07 septembre 2010

 

L'Alliance Arc-en-Ciel

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 10:44

lettre1.jpgA l’occasion du lancement de la campagne de sensibilisation électorale, je m’adresse au nom de la CENI, au peuple de Guinée pour remercier du fond du cœur, l’ensemble des citoyennes et citoyens, pour la maturité politique, le patriotisme et la paix dont ils ont fait preuve, lors du premier tour de l’élection présidentielle du 27 juin 2010.


En effet, au cours de ce scrutin, tous les citoyens ont manifesté leur ardent désir de s’acquitter honorablement de leur devoir civique en votant massivement dans la discipline, le calme et la sérénité. Cela est incontestablement une victoire de la Guinée. Cette victoire qui n’est certes pas une victoire finale, mérite cependant, d’être inscrite en lettre d’or dans l’histoire de notre pays et doit nécessairement aboutir au deuxième tour prévu le 19 septembre 2010. Voilà pourquoi, mon propos d’aujourd’hui vise essentiellement ce deuxième tour et le contexte qui le caractérise.

 

Cela ne signifie nullement que je ne mesure pas la porté d’autres sujets d’actualités tels que : la crise d’eau, d’électricité, d’alimentation et j’en passe. Bien au contraire, ces questions sont récurrentes et imposent des efforts permanents pour leur solution alors que le deuxième tour du scrutin en vue est une opportunité historique qu’il faut exploiter immédiatement afin d’en tirer le meilleur profit.

 

Voilà pourquoi j’invite humblement chaque Guinéen et chaque Guinéenne à s’impliquer dans les préparatifs en cours pour la réussite de ce rendez-vous. Pour ce faire, chacun doit apporter une petite contribution à l’édification de la démocratie vraie que nous ambitionnons tous.

 

Quant à la CENI, elle a déjà pris toutes les dispositions nécessaires pour une meilleure organisation et son bon déroulement.  Les corrections nécessaires et obligatoires sont en cours et seront, j’en suis sure  terminées avant le jour  “J“.

 

Cette fois-ci encore, nous voulons gagner le pari et nous le gagnerons, car nous sommes confiants du soutient inconditionnel de tous les partis politiques, du CNT, du MATAP, de tous les acteurs nationaux et étrangers du processus et surtout du Président de la Transition, le Général d’Armée Sékouba KONATE qui conduit avec sagesse et compétence cette transition.

 

Donnons-nous alors la main pour sceller l’Unité nationale, la paix, la concorde dans la démocratie. La Guinée de demain sera ce que nous voudrons qu’elle soit.

 

Agissons de concert afin que les résultats qui sortiront des urnes le 19 septembre 2010 soient acceptés de chacun et de tous. Ensemble nous serons forts, nous bâtirons une Guinée nouvelle où il fera bon vivre, où règnera à jamais une démocratie souhaitée et réelle.

 

Pour terminer, je voudrais au nom de mon institution et de son Président, rendre un hommage mérité au Général Président Sékouba KONATE pour tous les efforts et sacrifices consentis dans la conduite de la Transition, tout en l’exhortant à poursuivre inexorablement l’œuvre magnanime qu’il a entamée jusqu’à la mise en place d’un Président démocratiquement élu.

 

Ces hommages vont également au CNT, singulièrement à sa Présidente Hadja Rabiatou Sera Diallo, qui ne ménage ni son temps, ni sa santé, ni ses efforts pour faire de la Guinée un havre de paix, sans oublier le Premier Ministre Monsieur Jean Marie DORE, pour tout ce qu’il a fait pour asseoir une démocratie véritable en Guinée.

 

Que tous les partis politiques sans exclusive et la société civile trouvent ici, l’expression de la satisfaction de la CENI pour leur apport inestimable à la construction de la démocratie dans notre pays.

 

Que Dieu bénisse la Guinée, que le tout puissant Allah repende sa gloire et sa bénédiction sur nos familles.

 

Amen.

 

Hadja Mame Aminata Camara

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 09:53

Grande manifestation des guinéens à Paris contre le comportement inacceptable de Jean Marie DORE et pour le respect de la constitution et du code électoral ce dimanche 29 août 2010 à 14 heures.



Non aux magouilles et manigances électorales etneutralité absolue des autorités de transition.

 

Refus de l'autoritarisme et stricte respect de la date du second tour au 19 septembre 2010.

 

Rendez-vous Place Victor Hugo à Paris 16ème, métro Victor Hugo, ligne n° 2.

 

Venez nombreux avec vos familles et amis pour une démonstration de force afin d'instaurer immédiatement une démocratie véritable en Guinée.

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Communiqué de presse
commenter cet article