Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 20:59

conakryviolences.jpgL’un des 33 jeunes, arrêtés et conduits récemment à Soronkoni dans des conditions inhumaines puis libérés sous pression aurait rendu l’âme à Dakar où ses parents l’ont évacué pour des soins.

 

Rappelons qu’après la violence pré-électorale à Molatoureya causant mort d’homme et d’incendies, 33 jeunes ont été arrêtés. Ligotés comme des fagots de bois, ils ont été conduits au camp militaire de Soronkoni à Kankan dans des conditions humiliantes et pénibles, après avoir transité par l’escadron de Hamdallaye et le PM3.

 

Parmi eux figurent des mineurs.

 

L’Organisation guinéenne des droits de l’homme (OGDH) compte porter plainte contre les commanditaires et les auteurs de cette barbarie d’un autre âge. C’est ce que déclare son président, Dr Sow Madiou dans l’espoir de rompre avec l’impunité.

 

Ousmane Bayo

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 03:20

colere2Les acteurs politiques guinéens de la mouvance et de l'opposition fustigent, par médias interposés, chacun de son coté le tard accusé dans la centralisation des résultats du voté du 28 septembre dernier, dans la commune urbaine de Matoto.

 

Sur les 38 circonscriptions électorales du pays, seuls les résultats du vote de la commune urbaine de Matoto ne sont pas encore parvenus à la commission de réception des Procès verbaux ( PV) de la commission électorale nationale indépendante (Céni), a indiqué vendredi le chef de département planification de la Céni Maxim Koivogui.

 

La commune de Matoto est la plus grande des 5 communes de la ville de Conakry, avec plus de 46.000 électeurs inscrits et qui ont voté le 28 septembre dernier.

 

Après les opérations de vote dans les 800 bureaux de vote de cette commune, il a été constaté la disparation d'environ 400 PV par la commission commune de centralisation.

 

Compte tenue de l'importance de l'électorat dans cette commune et eu égard aux tendances du vote qui se dessine au fur et mesure que le décompte se fait, l'opposition et la mouvance présidentielle se réclament déjà la victoire au niveau de cette commune, ce qui crée une polémique et engage des critiques acerbes des responsables politiques contre les commissaires de la Céni qui, depuis plus d'une semaine après le vote des citoyens, garde encore les résultats provisoires, sans aucune forme d'explication.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 08:02

mujao0.jpgLes USA et la Grande Bretagne semblent ne pas avoir émis d'alerte sous régionale pour rien. Les islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont revendiqué, ce mardi, l’attaque contre le pont de Bentia, près de Gao à la frontière nigérienne et celle à l’arme lourde de lundi en direction de Gao qui ont fait au total quatre blessés.

 

Le porte-parole du Mujao, Abou Walid Sahraoui a ce mardi revendiqué les attaques à l’arme lourde menées lundi contre la ville de Gao et l’attaque à la dynamite de ce mardi contre un pont stratégique situé vers la localité de Bentia, à environ 50 Km de la frontière nigérienne qui a fait deux blessés.

 

Les islamistes ont prévenu que " les attaques contre les ennemis de l'islam vont continuer " en indexant "les ennemis qui travaillent pour la France" notamment la France, le Niger, le Sénégal, la Guinée, la Côte d'Ivoire, le Bénin, et le Togo, pays qui ont déployé des troupes au Mali dans le cadre de la Minusma.

 

Cette nouvelle attaque dans la ville de Gao, capitale du nord du Mali intervient au lendemain de tirs à l'arme lourde sur Gao qui ont blessés deux militaires Maliens, 10 jours après une attaque suicide meurtrière à Tombouctou qui a fait deux civils ainsi que quatre kamikazes tués et blessé sept soldats maliens.

 

Pour rappel, les islamistes, notamment Aqmi et le Mujao qui avaient été chassés début 2013 des villes du nord du Mali qu’ils occupaient grâce à l’intervention des forces Françaises et Africaines semblent revenir en force en instaurant à nouveau un climat de violence dans cette zone du Mali

 

Sans à cette heure faire de lien direct, notons pour finir que dans certains pays stratégiques frontaliers du Mali et qui sortent difficilement de crise armée comme la Côte d’Ivoire, des bandes de commandos sèment déjà la terreur au nord du pays sans qu'aucune force ne soient capable jusqu'à cette heure de les arrêter.

 

Koaci

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 17:13

albert damantan camaraLe porte-parole du gouvernement guinéen et ministre de l'Enseignement technique Albert Damantang Camara a rassuré mercredi les acteurs politiques et les partenaires au développement que "les résultats des élections législatives du 28 septembre dernier ne seront pas détournés de leur destination à choisir les élus du peuple de Guinée.

 

Suite aux multiples rapports de circonstance dressés par les organisations internationales et sous régionaux (Union européenne, CEDEAO, Union africain, OIF) sur le déroulement du scrutin, le ministre rappelle des anomalies ont été signalées dans certaines circonscriptions électorales du pays et même dans les régions favorables au parti au pouvoir (le RPG Arc-en-ciel).

 

 En guise d'exemple, M. Camara a cité l'annulation de plus de 180 bureaux de vote sur les 400 identifiés dans la région administrative de N'Zérékoré, fief principal du parti au pouvoir. Toutefois, il estime que ses anomalies ne seraient pas de nature à compromettre la régularité et la transparence des opérations de vote, dont le déroulement a été par endroit salué par les acteurs politiques eux-mêmes et par la communauté internationale, à travers les observateurs déployés à cette occasion en Guinée. "Le plus important pour le gouvernement guinéen c'est que le processus électoral aille jusqu'à son terme dans l'intérêt général de notre pays", a déclaré le porte-parole du gouvernement avant de poursuivre que la menace de l'opposition a retiré ses représentants et délégués dans les différents comités de suivis du processus électoral n'est pas réaliste car, ils continuent de siéger encore au sein desdits comités.

 

Revenant sur la faisabilité ou non d'annulation du scrutin électoral conformément à l'exigence des leaders de l'opposition, le ministre Camara a énoncé que le gouvernement et les partenaires ont suffisamment mis des moyens financiers et techniques dans le processus, avec toute une stratégie de sécurité permettant d'éviter des fraudes préjudiciables au processus électoral. "Je pense qu'il existe des voies de recours pour revendiquer l'annulation de certaines circonscriptions s'il a été révélé des cas de fraudes dans ces endroits" a rappelé le ministre, car pour lui, le plus important pour la mouvance et pour l'opposition, c'est "faire en sorte que le suffrage exprimé par les citoyens guinéens soit respecté à travers les résultats du vote".

 

Selon lui, le chef de l'Etat guinéen Alpha Condé est disposé à accepter les résultats des urnes quelques soit l'issus des calculs sur les données électorales. A cause du respect pour plus de 3 millions de guinées qui ont voté le 28 septembre dernier, Albert Damantg Camara trouve qu'il est incongrue de demander l'annulation du scrutin que le pays vient de connaître avec les efforts déployés par les uns et les autres.

 

A l'issue d'une réunion tenue dans la nuit du mardi à mercredi sur l'actuelle crise politique en Guinée, les représentants de la communauté internationale ont renouvelé leur appel au calme, à la retenue et à l'usage des voies légales de recours en cas de contestation des résultats, les partis politiques de la mouvance ou de l'opposition dite "radicale". Sur la base des rapports des différents observateurs électoraux et des coordonnateurs déployés dans les différentes régions du pays, la communauté internationale reconnait des manquements et des irrégularités qui ont été observés dans un certain nombre de circonscriptions comme Boffa, Boké, Dubréka, Gaoual, Kaloum, Lélouma, Matam et N'Zérékoré.

 

Ainsi, elle recommande que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ait dressé un rapport circonstancié sur chacun des cas et les transmette à la Cour suprême dans un délai court, après la proclamation des résultats provisoires.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 14:41

veilleLes représentants de la Communauté internationale ont au terme d'une réunion tenue mardi relevé "des manquements et des irrégularités observés dans 8 circonscriptions", a-t-on appris mercredi d'une déclaration. 

 

Ils recommandent à cet effet à la CENI "de circonscrire ces cas et d'en faire état dans le document de transmission des résultats provisoires à la Cour suprême".

 

 Ils recommandent en outre que la CENI dresse "un rapport circonstancié sur chacun de ces cas et les transmette à la Cour suprême dans le délai le plus court possible après la proclamation des résultats provisoires et en tout état de cause avant l'expiration du délai prévu par le Code électoral pour le dépôt des recours". En vue  de "s'assurer de la plus grande transparence et de la sincérité du scrutin et tenant compte des préoccupations exprimées par les parties concernées".

 

Les circonscriptions concernées par ces irrégularités sont: Boffa, Boké, Dubréka, Gaoual, Kaloum, Lélouma, Matam et N'Zérékoré. Et  cette situation empêcherait "la prise en compte d'un nombre significatif de suffrages exprimés, pouvant ainsi remettre en cause la sincérité de certains résultats", souligne la déclaration.

 

Ces représentants de la Communauté internationale membres du Comité de Suivi de l'Accord de 3 juillet 2013 sur l'organisation des élections législatives en Guinée, sont entre autres le Facilitateur international Saïd Djinnit, et les ambassadeurs de la France, des Etats-Unis d'Amérique, de la CEDEAO, de l'Union Européenne, de l'OIF et du système des Nations Unies en Guinée. L'opposition guinéenne entend se réunir ce mercredi, pour réagir à cette position de la communauté internationale.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 05:49

doigtLes représentants de la Communauté internationale chargés du suivi des législatives en Guinée (ONU, France, Etats-Unis, UE, Cédéao) dénoncent un certain nombre de « manquements » et d'« irrégularités » lors du scrutin du 28 septembre, dont l'opposition a réclamé l'annulation pour fraudes.

 

« Ce qui empêche la prise en compte d'un nombre significatif de suffrages exprimés, pouvant ainsi remettre en cause la sincérité de certains résultats », ont estimé ces diplomates dans une déclaration commune, citant huit circonscriptions concernées sur 38 au total.

 

Faute de se faire entendre par la communauté internationale, l’opposition avait décidé lundi de rompre le dialogue.

 

Saïd Djinnit et les ambassadeurs étrangers ne pouvaient donc rester muets. Ils viennent de montrer aux opposants qu’ils partagent une partie de leurs préoccupations.

 

 

Rfi

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 09:22

Les résultats provisoires du scrutin législatifs, tenu le 28 septembre 2013, diffusés hier lundi  par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) donnent le Rpg-Arc-en-ciel vainqueurs à Kindia et Gueckédou. L’Ufdg ramasse des miettes dans certains consulats.

 

Scrutin Uninominal

 

Kindia

 

-RPG: Demba Fadiga, 39,86 pour cent

 

-NGR: Ibrahima Abé Sylla 19,24 pour cent

 

-UFDG: Mamadouba Bangoura, 30,34 pour cent

 

Guéckédou

 

-RPG: Faly Yaradouno 40,28 pour cent

 

-RDIG: Fara Désiré Koundouno 36,92 pour cent

 

Proportionnel

 

Kindia

 

-RPG:53 525 voix

 

-NGR:7 813 voix

 

-UFR:5627.

 

-UFDG:35 759

 

Guéckédou

 

-RDIG 26 411 voix

 

-RPG 35 866 voix

 

-UFDG 11 179 voix

 

-UFR 1 880 voix

 

Angola

 

-UFDG 3482 voix

 

-RPG 1322 voix

 

Sénégal

 

-UFDG 4761 voix

 

-RPG 304 voix

 

-UPR 281 voix

 

-UFR 130 voix

 

Gabon

 

-UFDG 2895 voix

 

-RPG 233 voix

 

-UPR 13 voix

 

Sierra-Leone

 

-UFDG 3667 voix

 

-RPG 467 voix

 

Côte d'Ivoire

 

-UFDG 5428 voix

 

-RPG 3 199 voix

 

-PEDN 476 voix

 

Adama D. Diallo

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 09:17

attaque_ufdg.jpgL’Ufdg, principal parti de l’opposition guinéenne, dénonce l’attaque de son QG, sis au secteur CBG à Hamdallaye. Selon la formation politique de Cellou Dalein Diallo, ce sont des militants du Rpg-Arc-en-ciel munis de gourdins, de pierres et de bidons d’essence qui ont attaqué son QG abritant les bureaux de son parti dans la nuit du samedi 4 octobre 2003.

 

Tout serait parti, selon l’Ufdg toujours, d’une réunion tenue chez une militante du parti présidentiel, Mme Kanté Aminata, dans ce secteur.

 

Les assaillants, dit-on, proféraient des injures et des menaces sous la houlette d’un certain Sana Baré.

 

Des jeunes sympathisants de l’ Ufdg sont venus à la rescousse. Des gendarmes mis au parfum sont venus rétablir l’ordre. Il y aurait des blessés et des dégâts matériels (voir photos transmises par l’ Ufdg).

 

Pour le moment, le Rpg-Arc-en-ciel n’a fait aucune déclaration sur cette accusation.

 

Cette attaque après une intervention de Cellou Dalein Diallo quelques heures plus tôt ce samedi lors d’une assemblée générale de son parti. Une intervention au cours de laquelle il a demandé à ses militants de rester prêts au cas où l’opposition leur ferait appel.

 

Mamadou Boye Diallo

LJ partenaire de BBN

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 08:15

Le comité de suivi présidé par le facilitateur international Saïd Djinnit a exhorté samedi les acteurs politiques guinéens à s'abstenir de toute déclaration ou manifestation qui, dans le contexte actuel, pourrait mettre en danger la "paix sociale et la stabilité du pays".

 

Suite à la récente crise relative à l'annonce par l'opposition guinéenne de l'annulation du scrutin législatif du 28 septembre dernier, les membres du comité de suivi de l'accord politique du 3 juillet se sont réunis ce jour pour examiner et analyser les possibilités permettant de résoudre les différends qui opposent actuellement les acteurs politiques dans le processus électoral.

 

La rencontre avec les représentants du gouvernement, des partis politiques de l'opposition et de la mouvance présidentielle a permis d'échanger des points de vue sur le déroulement du scrutin, le traitement et la totalisation des résultats au niveau de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

 

Au nom du comité de suivi, M. Djinnit a estimé que dans l'esprit du dialogue qui a prévalu tout au long du processus électoral, il est essentiel de maintenir le calme dans la période actuelle et dans les jours qui suivront la proclamation des résultats du scrutin législatif.

 

Pour ce faire, les membres du comité ont demandé à la CENI de prendre les dispositions nécessaires pour le traitement des données électorales et de procéder à leurs publications dans les meilleurs délais possibles.

 

De même, la commission électorale a été invitée à communiquer largement sur les cas d'anomalies et à œuvrer pour la remontée des procès verbaux au niveau des hautes instances compétentes du pays.

 

"Les circonscriptions dont les résultats sont sujets à contestation, doivent faire l'objet d'un examen rigoureux jusqu'au plus haut niveau des institutions judiciaires de l'Etat, et les contentieux doivent être tranchés de manière impartiale", a indiqué Saïd Djinnit.

 

Les travaux du comité de suivi se poursuivent actuellement à Conakry, afin de parvenir à un "dénouement heureux" de la contestation liée au processus électoral en cours dans le pays.

 

Xinhua

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 01:11

alpha-hollande.jpgEn conflit depuis des mois contre le diamantaire franco-israélien Beny Steinmetz, le président guinéen, Alpha Condé, a fait part de son agacement à son homologue français.

 

Alpha Condé, le président guinéen, a profité de la cérémonie d'investiture d'IBK, le 19 septembre à Bamako, pour s'entretenir avec François Hollande du conflit qui l'oppose depuis des mois au diamantaire franco-israélien Beny Steinmetz à propos du gisement ferrugineux de Simandou.

 

En termes un peu vifs, Condé a demandé pourquoi, alors qu'Américains et Britanniques le soutiennent dans ce bras de fer, les Français "ne font rien" pour l'aider. Et pourquoi aucun ministre, aucun haut responsable ne lui a rendu visite à Conakry depuis des lustres.

 

Ébranlé (et mis au courant des liens supposés entre Steinmetz et plusieurs dirigeants de l'UMP au premier rang desquels Nicolas Sarkozy), Hollande a convié son interlocuteur à poursuivre la discussion à Paris, en octobre.

 

Alpha Condé a par ailleurs attiré l'attention de son homologue sénégalais Macky Sall sur la présence à Dakar de l'un de ses opposants les plus radicaux, Bah Oury, fondateur de l'Union des forces démocratiques de Guinée, qu'il soupçonne de chercher à le déstabiliser.

 

Jeuneafrique.com

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article