Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 22:36

Les célébrations du ramadan à Washington reflètent la diversité de la communauté islamique. Le soleil se couche et dans une mosquée de Washington, les gens mangent des dattes et commencent la prière du soir. Dans un appartement de banlieue, en Virginie, des amis se rassemblent pour partager un repas. Dans des restaurants, des dortoirs universitaires et des maisons de toute la région métropolitaine de Washington, les gens se réunissent pour rompre le jeûne : c'est le repas d'iftar.

 

Bienvenue au mois du ramadan à Washington, où sa communauté islamique très active s'assure que la période la plus sainte du calendrier musulman soit célébrée de nombreuses façons.

 

« À Washington, il y a beaucoup de festivités organisées chaque soir », a dit Mme Mannal Bakhsh, qui a vécu toute sa vie ici. « Vous n'avez pas besoin d'aller à une mosquée. Vous pouvez vous rendre chez des amis ou aller au restaurant. »

 

Cette année, le ramadan a commencé le 11 août pour le milliard et demi de musulmans de par le monde.

 

Selon l'islam, le ramadan est le mois durant lequel les premiers versets du Coran avaient été révélés au prophète Mahomet il y a plus de 1.400 ans. Les musulmans consacrent cette période à la méditation et à l'autodiscipline.

 

Jeûner chaque jour pendant tout un mois n'est pas facile, surtout quand le ramadan tombe en août quand les jours sont longs dans la région de Washington. Quelque 14 heures s'écoulent entre le lever et le coucher du soleil et c'est la saison la plus chaude et la plus humide de l'année. Mais les musulmans mettent l'accent sur le fait que le ramadan représente plus que le jeûne. Pour beaucoup d'entre eux, c'est le moment de partager avec les autres les bienfaits dont ils bénéficient. Ceux qui ne jeûnent pas, pour des raisons d'âge, de santé, de grossesse ou autres, s'engagent à nourrir une autre personne pendant tout le mois. Plusieurs groupes islamiques locaux ont récemment organisé des iftars pour lever des fonds en faveur des victimes des inondations dévastatrices au Pakistan.

 

Le jeûne « fait simplement partie des choses », a dit Sarrah AbuLughod, Saoudienne qui a grandi dans le Wisconsin et habite actuellement à Washington. « Quand les gens se rendent compte que le jeûne ne signifie pas seulement ne pas boire et manger mais que c'est plutôt une expérience d'autodiscipline et de focalisation, alors cela devient moins lié à la faim et à l'appétit. Mais n'importe comment, c'est difficile quand un collègue ouvre un sac de popcorn frais. »

 

Bien qu'ils vivent et travaillent avec des gens qui ne jeûnent pas, la plupart des musulmans de la région trouvent que le caractère multiculturel de Washington en fait un bon endroit pour observer le ramadan.

 

« Je sens qu'ici à Washington, par rapport au port du voile et au fait d'être musulman, les gens sont plus ouverts », a indiqué Mme Bushra Zartasht, qui habitait autrefois en Norvège. « J'ai été tellement étonnée de trouver des dattes (et d'autres aliments qui font traditionnellement partie de l'iftar) dans des supermarchés normaux. »

 

Et bien que le ramadan soit d'habitude une période pendant laquelle la famille prédomine, les nombreux jeunes musulmans qui vivent à Washington éloignés de leurs parents et proches veillent à ce que personne ne se retrouve seul.

 

« Il y a beaucoup de gens ici sans leur famille, alors l'iftar finit par devenir une occasion de rencontre entre jeunes, on voit très peu d'enfants qui courent partout, ce qui est très différent des autres communautés où je m'étais retrouvé dans le passé », a expliqué Mme AbuLughod, qui réside à Washington depuis trois ans. « Le brouhaha du ramadan est unique ici. »

 

La diversité de la communauté islamique locale est telle que chacun y trouve un iftar à son goût, quelles que soient ses traditions personnelles. Mme Lindsey Stephenson, une ancienne doctorante Fulbright qui a vécu au Koweït en 2007 et 2008, participe chaque semaine à deux iftars qui sont organisés par deux groupes différents. Le mardi soir, c'est un repas pour femmes seulement ; et le mercredi soir, elle se rend à un iftar préparé par un groupe mixte connu sous le nom de Washington D.C. Quran Hallaq (ou Cercle du Coran de Washington) qui réunit des gens de nombreuses origines ethniques, culturelles et communautaires et de différents milieux professionnels.

 

« Les deux groupes sont composés de jeunes musulmans américains dans la vingtaine ou la trentaine, et je pense que nous sommes nombreux à penser qu'il s'agit là d'une communauté américano-musulmane vraiment à base locale et qui se considère comme indépendante de l'islam des nouveaux immigrants qui est lié à la culture », a dit Mme Stephenson.

 

M. Teddy Galloway s'est converti à l'islam en 2009 et a passé son premier ramadan à San Diego où il entraînait des Marines des États-Unis. C'était difficile, il faisait chaud et il travaillait 12 heures par jour. Il était le seul à jeûner mais il a tenu bon.

 

Aujourd'hui, il vit en Virginie où il est l'hôte d'un groupe de musulmans qui compte près de 50 membres et il encourage ses amis adeptes d'autres religions à essayer de jeûner et à célébrer l'iftar avec lui. « Je n'ai pas de famille avec qui jeûner, alors j'invite des gens à jeûner avec moi », a indiqué M. Galloway.

 

En tant que musulman nouvellement converti, M. Galloway dit qu'il voit probablement la communauté islamique d'un autre oil que celui des gens qui ont grandi avec ses traditions. Mais au bout du compte, le ramadan, c'est se réunir avec les autres.

 

« C'est un bon sentiment que de participer à quelque chose que tant de personnes, aussi différentes soient-elles, peuvent accomplir ensemble », a ajouté M. Galloway au sujet du jeûne du ramadan.

 

Danielle Zielinski

 

Source : America.Gov 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Religion
commenter cet article

commentaires