Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 15:20

criard_02.GIFLe président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), revenu le dimanche dernier au pays, a demandé l’instauration d’un cadre de concertation entre le pouvoir et les partis politiques. Pour la tenue des élections législatives. Devant la presse, il a dénoncé le comportement du nouveau président qui, selon lui, établit seul un calendrier électoral et définit un nouveau processus électoral.

 

Cellou Dalein Diallo se dit déterminé à mener le combat pour l’instauration d’un Etat de droit en Guinée aux côtés des autres forces politiques partageant son idéal.

 

Il soutient que les actes posés par le président Alpha Condé ne sont pas de nature à enraciner la démocratie et de réconcilier les Guinéens. Le chef de l’Etat, comme d’habitude, dans ses discours continuent à s’adresser à une partie des Guinéens, ceux de son obédience et non au peuple de Guinée auquel il dirige les destinées pour un mandat de cinq ans.

 

Un autre aspect négatif que Cellou Dalein désapprouve est la violation répétées de la constitution, l’annulation des contrats avec des personnes jugées proches de l’opposition, etc.. 

 

Abordant la question sur les raisons de son long séjour à l’étranger, Cellou Dalein Diallo affirme qu’après les élections présidentielles, il fallait pour lui aller remercier les compatriotes vivant à l’étranger ayant voté pour lui. C’est ainsi qu’il est allé les rencontrer au Sénégal, en Guinée Bissau, Gambie et France. Il soutient que partout, il a fait l’objet d’un accueil chaleureux et a été vivement encouragé.

 

Notons que Dalein est rentré au moment où l’opposition tente de se réorganiser contre le nouveau pouvoir dont les actes posés dans l’ensemble ne rassurent pas les Guinéens. Non seulement, il n’arrive pas à juguler l’inflation qui devient de plus en plus grave, mais aussi la démocratie et les libertés publiques risquent un recul si on ne prend pas garde.

 

Un fait notoire, depuis la fin de la transition, l’opposition n’a pas accès aux medias d’Etat. Ces derniers deviennent au fur et à mesure des cloches pour le nouveau régime. Sans compter qu’on note une certaine volonté de museler la presse et restreindre les libertés publiques. A cela, il faudra ajouter la montée de l’insécurité.

 

LJ partenaire de BBN


Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article

commentaires