Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 13:14

Mme_yari_briki.jpgLe procès des militants et responsables de l'UFDG, arrêtés la semaine dernière a débuté hier lundi 11 Avril au Tribunal de première instance de Mafanco. Au box des accusés, madame Yarie Biriki, et une vingtaine de militants de l’UFDG.

 

C’est devant une foule nombreuse accompagnée de quelques responsables de l’Union des forces démocratiques de Guinée, (Ufdg), notamment, Bah Oury, et Fodé Oussou Fofana, que juges, avocats de la partie civile et de la défense ont entamé ce procès.

 

Si les avocats de la défense jugent ledit procès de politique et dont les règles les plus élémentaires seraient violées, « c’est une procédure qui a été violée du début jusqu’à la fin. La loi a réglementé comment on doit procéder à une arrestation d’individu. Après l’arrestation par l’officier de la police judiciaire, il dispose d’un délai pour garder un individu à sa disposition. Ce délai n’a pas été respecté pour la plupart des prévenus ici présents », ceux de la partie civile soutiennent que tout se passe dans le respect de l’art, avec comme argument que les accusés ont troublé l’ordre public.

 

Une thèse que les juges ont soutenu mordicus, tout en insistant sur le fait selon eux que le procès n’est pas politique.

 

Mais, derrière ce scénario judiciaire, il y a que des personnalités sont citées par madame Yarie Touré, pour êtres derrière ce qui se passe aujourd’hui. Pour cette militante de l’UFDG, et membre du bureau exécutif, c’est Malick Sankon, directeur national de la Caisse National de Sécurité Sociale, (Cnss), qui lui a mise dans ce pétrin. Selon elle, celui-ci aurait tout tenté pour la ramener vers l’arc-en-ciel, alliance qui est actuellement au pouvoir […].

 

Suite à son refus malgré les promesses dit-elle, cet ancien « ami », du candidat de l’Ufdg avait promis de lui rendre la vie difficile. C’est pourquoi dit-elle devant les juges, c’est ce Malick Sankon qui l’a indexé à Resco comme étant militante de premier ordre de l’Ufdg, le dimanche 3 avril à l’aéroport de Conakry.

 

Les co-accusés de Yarie Biriqui ont également nié les faits qui leur sont reprochés. Ils se disent victimes de règlements de compte, puisque, « ramassés » à la volée par les forces de l’ordre avant de se retrouver devant cette situation aujourd’hui.

 

Ce mardi 12 avril, le procès devrait se poursuivre au Tribunal de Mafanco à partir de 10 heures.

 

Source : www.Guineeweb.info 


Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Politique
commenter cet article

commentaires