Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 19:30

Alpha_conde_001A.jpgAlpha Condé a nommé hier vendredi 18 mars Morlaye Youla, inspecteur des postes et télécommunications par un décret publié sur les ondes de la télévision nationale. Le mercredi 9 mars 2011, le président Alpha Condé nommait le même Morlaye Youla à la tête de la direction nationale de la SOTELGUI en remplacement de Moussa Keïta.

 

La passation de service entre les deux directeurs généraux - qui avaient tous les deux apporté leur soutien financier et moral à l’Alliance Arc-en-ciel au second tour de l’élection présidentielle du 7 novembre -, devrait s’effectuer le lundi, 14 mars 2011. Cela n'a pu avoir lieu, car des démarches avaient été entreprises par la coordination de la Haute Guinée pour qu’Alpha Condé revienne sur son décret limogeant un de ses fils, Moussa Keita, a-t-on appris.

 

C'est dans cette situation qu'un décret nommant Morlaye Youla inspecteur général des Postes et Télécommunications, a été lu hier vendredi, 18 mars 2011, réglant par ricochet, la situation du directeur Keita..

 

Pour revenir sur cette « volte-face » du président de la République, nous avons mené des enquêtes, selon lesquelles, le président de la République est partagé entre les deux coordinations qui l’ont porté au pouvoir.

 

Selon ces enquêtes, tout aurait commencé lorsqu’au lendemain de son limogeage à la tête de la « juteuse » SOTELGUI en lieu et place de Morlaye Youla, Moussa Keïta a demandé le « véto » de la coordination mandingue pour que le décret soit rapporté.

 

Selon nos sources, c’est ce qui aurait empêché la passation de service entre le directeur sortant Moussa Keïta et l’entrant Morlaye Youla, le 14 mars dernier. A cela, s’ajoute l’énorme pression de l’actuel ministre délégué des Transports, Ahmed Tidiane Traoré sur le président Alpha Condé dont l’un des fils avait été nommé par Moussa Keïta, conseiller juridique de la SOTELGUI.

 

Nos enquêtes nous ont également permis de comprendre que l’autre partie de l’alliance arc-en-ciel, notamment la coordination de la Basse Côte qui a largement participé à l’élection de Alpha au second tour du 7 novembre 2010, a pris la défense de son fils Morlaye Youla qui est ressortissant de Kindia (capitale de la Basse Guinée).

 

A ce propos, nos enquêtes nous ont conduits à savoir que lorsque le Pr Alpha Condé s’était rendu à Kindia pour l’inauguration de la mosquée de Tafory, le vendredi 11 mars dernier, certains membres de la coordination de la Basse Côte auraient eux, exigé que Morlaye Youla prenne fonctions à la tête de la direction de la SOTELGUI.

 

Selon un membre de l’alliance Arc-en-ciel et ressortissant de la Guinée Maritime, le ministre des Télécommunications, Oyé Guilavogui - qui est forestier mais né à Kindia d’une mère Sousou – et qui, de sources concordantes, aurait recommandé la nomination de Youla au poste du directeur général de la SOTELGUI, aurait menacé de démissionner si le président de la République cédait à la pression de la coordination mandingue.

 

Pour sa part, un haut cadre de l’administration et ressortissant de la Haute Guinée que nous avons joint au téléphone et qui s’exprime sous le sceau de l’anonymat, explique que le Pr Alpha Condé ne pouvait pas limoger Moussa Keïta pour le seul but de continuer de récompenser la Basse Côte. Pour justifier cet état de fait, il soutient que Morlaye Youla qui a occupé le poste de directeur général administratif, directeur des ressources des humaines et directeur de la gestion des créances de la SOTELGUI traînerait des casseroles.

 

Si ces informations s’avéraient vraies, on peut affirmer sans risque de se tromper que le président Alpha Condé - qui n’avait jamais cessé de dénoncer le régime du Conté avec lequel, il n’a d’ailleurs jamais accepté de travailler – qui prône la rupture avec le système Conté, vient de confirmer à travers le décret nommant Morlaye Youla, inspecteur général des Postes et Télécommunications, qu’il est pris en « tenaille » entre la coordination de la Haute Guinée et celle de la Basse Côte.

 

Faut-il se souvenir que dans le but d’éviter une fissure du gouvernement qu’il venait de mettre en place, le président de la République avait élevé le général Mamadouba Camara au poste de ministre d’État chargé de la Sécurité, le 7 janvier 2011, après la menace de démission de ce dernier.

 

Le général Toto Camara avait protesté contre le « doublon » créé dans son département avec la nomination de Mouramany Cissé au poste de ministre délégué chargé de la réforme des services de sécurité.

 

A rappeler que le président Conté, après avoir signé le 22 décembre 2006, un décret limogeant Alpha Ibrahima Keïra, ministre des Transports d’alors, était revenu sous l’influence de certains membres du gouvernement et de sa belle famille (la famille de Kadiatou Seth) sur sa décision en nommant Keïra ministre d’État chargé des Affaires présidentielles et de la Coordination du gouvernement, le 27 décembre de la même année.

 

Hamidou Sow

 

Source : Guineenews

 

*Le titre est de notre rédaction


Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews
commenter cet article

commentaires