Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 03:35

mercenaires-libye_001.jpgUn voile vient d’être levé sur la constitution des forces pro-Kadhafi. Outre une partie de ses ultra-fidèles, issus de son Armée, son armada de rebelles seraient constitués de soldats de pays de l’Est et d’anciens combattants de rébellions africaines financées par le colonel Mouammar Khadafi, lui-même, dans les années 90 et au début des années 2000. Grassement rémunérés, ils seraient déterminés à combattre en Libye l'insurrection populaire.

 

Il a fallu que le chef de l’Etat monte au créneau pour démentir les allégations selon lesquelles, des ressortissants de son pays figuraient parmi les mercenaires combattant la rébellion en Libye, pour que des éclaircissements soient apportés sur la configuration de cette force.

 

Ce sont des élus de la région de Kidal, dans le nord du Mali, qui ont affirmé que s’agissant des négro-africains en question, une bonne partie sont des Touareg maliens et nigériens, parmi lesquels d'anciens rebelles. Ils seraient recrutés massivement par le régime libyen.

 

Aussi, un porte-parole de la Ligue libyenne des droits de l'homme a accusé le guide libyen d'avoir recruté 25000 mercenaires venus du Tchad, du Niger, du Mali, du Zimbabwe ou du Liberia. Même si ces chiffres ne sont pas confirmés par des organisations internationales sur place, il n’en demeure pas moins que les dirigeants des pays cités commencent à nourrir des appréhensions et craindre pour leur sécurité de peur qu’ils rebroussent chemin avec leurs arsenaux de guerre et les déstabiliser de nouveau.

 

S’il est vrai que le démenti de Déby a dissipé un peu la confusion sur la nature des mercenaires, toujours est-il qu’Abdou Salam Ag Assalat, président de l'assemblée régionale de Kidal, n’en a pas moins estimé que c'est du Tchad, semble t-il, qu'il y a un pont aérien pour acheminer les Touareg en territoire libyen.

 

Un recrutement trivial

 

Quoi qu’il en soit, ces dernières années, le fait que la Libye soutienne plusieurs rébellions sur le continent africain, était devenu un secret de polichinelle. Des plus meurtrières, telles que celle du Front révolutionnaire uni (RUF), dirigée par Foday Sankoh et Sam Bockari, qui a ensanglanté la Sierra Leone pendant dix ans (1991-2001), aux plus déstabilisatrices au Mali et au Niger, Mouammar Khadafi les a grassement financé et soutenu. Aujourd’hui, il lui a été très facile de recruter les ex-rebelles qu’il a façonné lui-même pour les intégrer dans ses milices.

 

Aujourd’hui, l’enjeu pour le chef de l’Etat libyen est de reconquérir les positions perdues, notamment pétrolifères à Bréga et Ajdabiya, par des bombardements qui se poursuivent. Toute cette agitation s’effectue au moment où le Plan de Paix d’Hugo Chavez est en train d’être accepté par Khadafi et la Ligue Arabe, mais déjà rejeté par la France et d’autres puissances occidentales. Il s’agit d’un Plan qui exige la cessation des exactions armées contre le peuple libyen et l’acceptation de l’envoi d'une mission de médiation internationale formée de représentants de pays d'Amérique latine, d'Europe et du Moyen-Orient pour tenter de négocier un cessez-le-feu entre les belligérants.

 

DM

 

Source : Les Afriques


Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Actualités
commenter cet article

commentaires