Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 22:06

guinee_enfer.jpgLe jeudi 25 avril 2013, l’opposition guinéenne était encore dans la rue. Après sa manifestation du 18 avril dernier qui, malheureusement, s’était terminée dans un bain de sang (on parle d’une vingtaine de blessés), le Collectif ADP-CDR-FDP n’entend pas baisser les bras face à l’intransigeance manifeste du pouvoir. Car, comme on le sait, la véritable pomme de discorde demeure la date des élections législatives.

L’opposition accuse en effet le pouvoir de l’avoir fixée unilatéralement. L’objet donc de cette énième manifestation publique vise à contraindre le pouvoir du président Alpha Condé à reconsidérer sa position en engageant un dialogue franc et sincère avec l’ensemble de la classe politique, les premières tentatives ayant échoué. Au fait, la Guinée, pour dire vrai, est malade de l’incurie de ses hommes politiques qui, au nom des considérations parfois inutiles, ont pris en otage la vie de toute une nation. Car, que de manifestations violentes et pacifiques en Guinée, sans aucun changement réel !

Et le drame, c’est que la plupart des manifestations publiques dans ce pays dégénèrent, si certaines ne laissent pas de morts sur le carreau. Si fait que l’on a l’impression d’assister à une sorte de descente aux enfers programmée d’un pays pourtant éminemment riche. Le risque d’implosion sociale est grand en Guinée puisque la fracture sociale est patente. Deux camps, celui du pouvoir et celui de l’opposition, se regardent en chiens de faïence. Ce qui, toutes proportions gardées, peut déboucher sur des affrontements communautaires dans un pays où les clivages ethno-régionalistes ont pignon sur rue. Il faut donc trouver, le plus rapidement possible, un médecin au chevet de la Guinée, si l’on ne veut un jour être comptable d’une situation chaotique généralisée.

Car, ce n’est dans l’intérêt de personne, si la Guinée en venait un jour à prendre feu. Et les hommes politiques guinéens doivent le comprendre, eux, qui, chaque jour qui passe, s’offrent en spectacle en s’illustrant dans les escarmouches. D’ailleurs la manif d’hier a laissé un mort sur le carreau. On en vient à se demander si la marche elle-même était opportune. Car, si le pouvoir et l’opposition ont pu harmoniser leur vue en signant conjointement un communiqué dans lequel ils appellent leurs militants à la retenue, il n’y a pas de raison qu’ils ne puissent trouver un terrain d’entente face au différend qui les oppose. A moins que ce ne soit un jeu de dupes où chaque acteur cherche à protéger sa tête pour qu’en cas de dérapage on ne lui en impute pas la responsabilité.

Mais, de toute évidence, le peuple guinéen a longtemps souffert de la dictature de ses dirigeants pour en être amené à vivre inlassablement les turpitudes de ses hommes politiques. Peut-être faudra-t-il un remède de cheval pour in fine sortir le pays de Sékou Touré de l’apoplexie dans laquelle ses fils et filles l’ont plongé.

 

Le Pays

Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews
commenter cet article

commentaires