Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 01:59

enfants_talibes_01.jpgLa mendicité est devenue un moyen de survie pour de nombreux indigents dans la capitale guinéenne, où mêmes les enfants n'échappent pas à ce phénomène, a- t-on constaté sur place.

Les automobilistes qui circulent dans la ville de Conakry sont pris d'assaut par des hordes d'enfants au niveau des carrefours, et dans les embouteillages, qui font la manche, dont certains sont touchés par des handicaps physiques.

Des albinos, des bébés, des enfants en âge d'aller à l'école de tous les sexes et de tous les âges, telles sont les catégories d'enfants qui sont exposés à ce fléau qu'est la mendicité.

Ces enfants donc seraient victimes de l'indigence de leurs familles mais aussi de la cupidité de certains de leurs proches, qui les obligent à mendier, pour vivre de ce fruit.

Alhousseiny C. est âgé de 9 ans. Il fait partie des dizaines d'enfants qui passent le temps à tendre la main aux passants et surtout aux automobilistes, en quête de quelques pièces.

Ce gamin a un frère jumeau, qui tout comme lui est contraint de faire la manche. Leurs parents ne souffrent pas d'handicap physique, mais sont frappés par la misère, d'après Alhousséiny qui s'est confié à un reporter de Xinhua.

In fine, Alhousséiny tout comme tous ces gosses voient leur avenir hypothéqué par le comportement quelque part considéré comme "irresponsable'' de leurs parents par bien des gens.

Il faut signaler que ces petits forcés à faire la manche sont issus des communautés de mendiants qui peuplent la capitale guinéenne et n'ont pas la possibilité de fréquenter l'école.

Le gouvernement avait menacé de débarrasser les artères de ces occupants d'un autre genre, qui arpentent les rues à longueur de journée. Mais, cette menace est quelque part restée "lettre morte'' pour le moment.

A l'occasion de cette Journée internationale de l'enfance célébrée ce mardi, certains observateurs pensent que les autorités compétentes pourraient se pencher sur le sort de ces enfants, qui ne sont en réalité que des victimes de la paupérisation poussée des populations guinéennes, à cause de la conjoncture économique.

 

Xinhua

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews
commenter cet article

commentaires