Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 13:37

Repression 01Le pouvoir du président Alpha Condé semble être déterminé à en découdre avec ses adversaires. Acculé par des multiples défis économiques, politiques et sociaux pour faire de la Guinée un Etat normal et fréquentable, il se bute aussi sur son obstination à s’ouvrir aux autres. L’origine de cette inertie a pour racines dans les composantes de la galaxie Arc-en-ciel qui a accouché d’un gouvernement pléthorique et inefficace en actions.

 

De sorte que le vieil opposant et ses partisans crient sur tous les toits au sabotage. Comme ce disque est rayé, il faudra bien trouver des boucs émissaires. Car, depuis un mois tout porte à croire que le Professeur est entrain de perdre un des bastions, la Basse Guinée. Celle-ci récupérée totalement par ses adversaires d’hier (Sidya Touré, Abe Sylla, ) et ses frustrés (Cheik Amadou Camara, Mamadou Sylla, Kassory Fofana, et..) est au four et au moulin pour se trouver un seul leader. Ce dernier une fois couronné, serait un adversaire potentiel pour les prochaines joutes électorales.

 

A cela, il faudra ajouter, l’éloignement (non déclaré) de Lansana Kouyaté, leader PEDN qui ne cache pas son ambition de briguer le perchoir, et être ipso facto le dauphin constitutionnel et pourquoi pas le future chef de fil pour la Haute Guinée.

 

Quant à Jean Marie Doré qui espérait être reconduit à son poste de premier pour se faire récompensé de sa mission bien accomplie qui consistait à ouvrir les portes de Sékhoutoureya à l’ancien pensionnaire de la maison centrale de Conakry, il compte voler la vedette à son ex-poulain, Papa Koly Kourouma, devenu ministre d’Etat de Condé, chargé de l’Energie et de l’Environnement. S’activant pour se faire épauler par une alliance des partis politiques, l’ancien premier ministre de la Transition, nourrit la même ambition que celle de Kouyaté pour l’Assemblée nationale et la région forestière. Une région déjà frustrée par le sort réservé à son fils, Capitaine Dadis Camara, victime d’une grande roublardise avant d’être écarté de la tête du pays.

 

C’est en ces moments que choisit Cellou Dalein Diallo, candidat malheureux au second tour pour mettre fin à son long séjour à l’étranger. Son retour annoncé a réveillé le  courroux du Président Condé qui venait de finir une visite mouvementée en France. Et la machine de la répression a été mise en marche le jour de son retour à Conakry. Bilan provisoire ; un mort, une trentaine de blessés ( certains par balles), 67 arrestations. Ces personnes arrêtées et détenues à la Sûreté urbaine seraient bientôt devant le tribunal. Parmi eux, 40 militaires, en bérets rouges, qui assuraient la garde de Dalein pendant la transition et qui ne sont pas rappelés. Ceux-ci risquent la radiation, au-delà des peines qu’ils pourront purger, si l’on s’en tient aux propos du président de l’UFDG.

 

Comme cette répression a suscité une sorte de compassion jusqu’au tréfonds de l’opinion publique, Alpha Condé brandit une autre arme contre ses adversaires. Celui des audits. Pour liquider politiquement ceux-là. En première loge, Cellou Dalein Diallo qui serait cité dans l’affaire de vente d’Air Guinée. Mais aussi, tous les autres ténors de la classe politique du pays ; Lansana Kouyaté, Mamadou Sylla, Sidya Touré, Cheick Amadou Camara.

 

A la lumière des propos tenus le vendredi dernier lors de sa rencontre avec la presse par le ministre du Contrôle économique et des Audits, Aboubacar Sidiki Koulibaly, on s’attend à des interpellations de grosses pointures dans les jours à venir. Seulement voilà, jusqu’où ira le pouvoir ? C’est toute la question.   

 

Oumar Kateb Yacine

 

Source : Guinée Nouvelle N° 57 du jeudi, 14 avril 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BanabanaNews - dans Analyse
commenter cet article

commentaires