Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : BanabanaNews
  • : Actualités et informations sur la Guinée.
  • Contact

Profil

  • BanabanaNews
  • Je suis allergique aux régimes militaires !

Recherche

Archives

Pages

Catégories

21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 13:59

“Il y a des moments pour rêver“ dit-on, “des moments pour réaliser nos rêves et des moments de ne plus rêver“. Après notre choix de “ la pauvreté dans la liberté…“ et la première expérience du 3 avril 1984, c’est “le moment de ne plus rêver de réaliser nos rêves“ avec une Junte.

Cinquante ans ne suffisent certainement pas pour réaliser des rêves pour un pays. Mais ce temps est aussi nécessaire que suffisant pour jeter les bases d’une solide démocratie qui devait nous permettre de rêver et réaliser nos rêves d’une vie modeste et décente. Mais avec une milice transformée en armée nationale gérée pendant cinquante années par deux présidents incultes, nous vivons pleinement les conséquences.

 

Nous savons ce que vaut notre armée : coups d’Etat et promesses non tenues ; trafique d’armes et de drogue ; répression sanglantes et mutineries alimentaires répétées suivies de vols, de viols et de pillages à grande échelle. Faut-il confondre les mots aux maux d'une junte et attendre le pire ? Celle-là même qui s’est engagée dès le départ à poursuivre l’œuvre du défunt général-président Conté va-t-elle nous mener vers un processus démocratique fiable ? Il faut vraiment être guinéen pour y croire.

 

Nos soldats sont si braves qu’ils ont érigé les coups d’Etat contre les cadavres en tradition nationale. Bravoure militaire ou indiscipline notoire d’une armée brute, ce phénomène propre qu’à la Guinée couvre notre pays de honte. Un de ces “braves soldats“ s’est caché pendant douze ans après une mutinerie alimentaire. Il n’est rentré au bercail que quand il s’est assuré que Lansana Conté est bien mort.

 

Si la Guinée garde toujours son armée ce n’est pas parce qu’elle redoute un éventuel envahisseur, mais parce qu’elle n’a pas où “confier“ ces récalcitrants qui grouillent comme de la vermine dans les casernes.

 

Dans cette armée un sergent peut se permettre d’appeler un général ce “machin-là“ (Pivi au général Baïlo Diallo) et un Capitaine peut donner des ordres à un général (Moussa Dadis Camara au général Mamadou Toto Camara). Nos braves “soldats-mutins“ alimentaires ne s’occupent que leur ventre et leur bas-ventre. Quelle discipline vont-ils imposer ? Avec l'indiscipline qui caractérise ses éléments, peuvent-ils réellement mettre ce pays sur les rails de la démocratie “après dix-huit mois“ comme le dit le Capitaine Moussa Dadis Camara ? Il faut être très guinéen pour y croire !

 

Aboubacar Somparé qui se cache derrière une Constitution caduque qu’il a activement aidé à tripatouiller pendant seize ans, veut que soit respecté le seul article faisant de lui le troisième président guinéen pour soixante jours après le général Lansana Conté. Mais l’Etat de droit ce n’est pas seulement un article. C’est un ensemble de règles qu’il faut respecter pour permettre au mécanisme de fonctionner correctement. C’est là l’importance d’une démocratie qui fonctionne : chacun est protégé.

 

Entre la succession pestiférée de Aboubacar Somparé pour deux mois et une junte cholérique qui nous prose une transition de dix-huit mois, nous avons deux mauvais choix. La junte s’est imposée sous la menace du canon qui devrait assurer notre défense. Nous sommes forcés de l’accepter par “défaut“, ne serait-ce que jusqu’en mars 2009 ou 20 ans plus tard.

 

Les Guinéens ne peuvent-ils pas espérer ou demander mieux qu’une junte ? Nous avons vécu assez de surprises désagréables avec cette armée indisciplinée avec sa hiérarchie et un peu trop cruelle avec nous.

 

Adepte des acrobaties de la fraude électorale, rien ne nous indique qu’avec Somparé les élections seraient équitables. La junte qui aurait un agenda caché, n’en fera pas mieux que de truquer les élections en faveur du Capitaine Moussa Dadis Camara ou à défaut, en faveur de ses parrains qui tirent sur les cordes manipulatrices.

 

Soyons donc très prudent dans nos rêves avec une junte en service commandé. Nous n'aurons pas mieux que ce que nous a servi, 24 ans durant, sa défunte ainée.

 

Source: www.ondes-guinee.info

11-01-09 23:42

Partager cet article

Repost 0
Published by Amdy's Blog - dans Politique
commenter cet article

commentaires